La Belgique dans la tourmente...

Publié le par Edmée De Xhavée

Combien cette guerilla me désole, c'est peu dire. N'étant pas sur place, je tâte la température sur les journaux en ligne, les forums, les blogs etc. Je ne peux pas croire qu'on ait  gonflé la colère de certains au point de les envoyer se faire honteusement remarquer au Te Deum du Roi. Que l'on soit royaliste ou pas, catholique ou pas, ça n'enlève pas le devoir de respect. C'est dégradant pour eux d'en être arrivés là, ainsi que pour les idées qu'il espéraient  soutenir.

Je ne sais pas  ce qui serait  "le mieux" pour la Belgique. Je n'ai pas de bagage politique, et peu de confiance dans ceux qui pensent en avoir, font beaucoup de tapage en ce moment et estiment le savoir à ma place.

Heureusement, il y a les autres. Ceux qui ne hurlent pas, ne sont pas contre ou pour les flamands ou les wallons, mais contre ce tsunami qui essaye de nous diviser, de nous envoyer demander au Luxembourg ou la France si nous pouvons attacher notre petit wagon à leur train. De nous enlever notre fierté nationale, de bafouer l'effort et la loyauté des soldats qui ont combattu ou sont morts pour notre Belgique. De briser le coeur de ceux qui vivent encore pour assister à tout ceci.

Les artistes se mobilisent, se font voir et entendre. Les gens défilent, manifestent, signent inlassablement, sortent leurs drapeaux, réitèrent leur amour pour une Belgique unie. Avec ses escarmouches guignolesques, ses clichés selon lesquels les flamands ne rient pas et n'aiment que le travail et les wallons paressent en riant. Mais aussi avec toute cette richesse culturelle, ce patchwork de talents venus du nord et du sud qui fait toute notre singularité.

La meute en colère ne sait pas ce qu'elle veut. Elle croit vouloir ce que quelques aboyeurs au bord de l'apoplexie lui dit vouloir, en lui promettant de pouvoir s'asseoir à la droite des vainqueurs au banquet glorieux.

Le petit peuple, dont je fais partie, il sait une seule chose: il veut rester Belge, il veut rester entier. L'union fait la force. Eendracht maakt macht!

Sous la rubrique "Divers, Belgique" vous pouvez lire ce que j'ai déposé sur le site arsbelgica. Des artistes des deux langues expriment leur sens de la Belgique, avec poésie, humour, fureur, originalité. Allez le visiter, et, pourquoi pas, y déposer vos mots ou images d'amour. Si nous devions perdre notre Belgique, il sera trop tard pour regretter ne pas lui avoir dir que nous voulions la garder.

Publié dans Actualité

Commenter cet article

nATH 30/11/2007 20:52

:'0