Pour ceux et celles qui n'ont pas encore désespéré...

Publié le par Edmée De Xhavée

Je le jure, ce roman est vraiment prêt à paraître!

Enfin... presque prêt. Puisque le "bon à tirer" est toujours en train de se tailler un passage à coups de serpe de sacs postaux en camionettes, de soutes en sacs postaux, de camionettes en besace de facteur. Je ne sais pas où ça cale en ce moment. L'impression de la seconde couverture a mis un mois pour me parvenir. Peut-être était-elle restée trois longues semaines dans le fond d'un sac postal en Belgique, ou bien avait-elle fait 25 allers-retours en avion entre le continent américain et l'européen avant qu'un employé zélé ne constate sa présence. Ou encore avait-elle été soumise à la perspicacité de mon facteur, ce qui doit être une épreuve finale insupportable: alors que mon mari et moi rendions au brave homme un colis destiné au numéro 53 - nous sommes au 51! - son visage s'est soudainement illuminé par une révélation et il nous a fièrement tendu un paquet pour le numéro 52...

Autre mésaventure "timbrée": une enveloppe rembourrée m'est arrivée d'Italie, vide, et scellée par un scotch qui proclamait que l'objet était arrivé cassé et avait donc été ré-emballé avec soin par le service postal américain. Comme aucun débris ne permettait de penser que quelque chose se soit brisé dans ce paquet, et qu'il s'agissait d'un envoi recommandé j'ai téléphoné à la poste. Là on m'a dit que l'employé avait juste vu que le paquet était ouvert, et comme ils n'ont pas de scotch annonçant que le contenu a été volé et le paquet refermé avec soin il avait pris ce qu'il avait à disposition, sans réaliser que l'enveloppe était vide! Moi, rien qu'à toucher l'enveloppe, j'avais compris, mais enfin... Et j'ai eu droit à deux questions succulentes. La première: qu'y avait-il dans le paquet? Je n'en savais rien. La seconde: quelles étaient les dimensions de l'objet dont je ne savais rien et qui avait "disparu"?

On ne s'étonnera pas que mes précieuses pages se déplacent avec lenteur et prudence dans ce monde incertain qui était sans doute plus sûr au temps du Poney Express. Les raids d'Apaches me semblent moins dangereux que la tête-en-l'air des employés postaux d'ici et d'ailleurs.

Mais je vous le promet, les Romanichels sont bel et bien une réalité. Et le second roman est déjà accepté! Un troisième est en préparation, faisant la compétition avec un recueil de nouvelles. On verra où ira mon inspiration!

Patience, tout arrive, même le courrier!

Publié dans Romanichels

Commenter cet article

Cathy 12/12/2007 22:25

Quelle productivité, Edmée ! Avec un peu de chance, tes 3 romans sortiront en même temps et tu nous feras un prix de gros, style "2 + 1 gratuit", non ? Bon, j'aurais essayé ... ;-)
Allez, on est en décembre, on croit aux miracles. Prions St-Nicolas, Père Noël et le petit Jésus pour que la Poste est un fifrelin d'intelligence, juste de quoi trouver ton adresse et t'apporter ce bon à tirer tant attendu ! Oh oh oh, comme dirait l'autre.

Edmée De Xhavée 13/12/2007 00:20

Tu l'as dit, je pense que je vais faire la danse de la bûche, mettre mes pantoufles sous la cheminée, chanter Jingle Bells et Il était trois petits enfants, déposer des carottes pour les rennes et un biscuit pour l'âne, un coup de schnaps et de pêket pour Saint-Nicolas et Père Noël. Et surtout ériger dans le jardin une statue à mon facteur. Un Dingo avec un sac postal fera l'affaire!