Millie et les hasards bienveillants

Publié le par Edmée De Xhavée

Du lointain passé de Millie, nous ne savons rien. Ou nous savons ce que nous pouvons conclure d'après son comportement. Elle a sans doute été séparée du reste de la nichée assez tôt car elle ne sait pas comment on  joue avec les autres chiens. Et, chiot bien solitaire, il semble que les humains ne jouaient pas non plus avec elle, car à part dépecer de vieilles liquettes et chaussures avec une joie évidente, elle ne joue pas du tout. Si on lui lance une balle ou lui donne un jouet, elle nous sourit poliment avec un regard qui dit clairement: "Ça t'amuse, ça?". Pendant longtemps le moindre bruit de chute d'objet ou une hausse de voix l'envoyait se terrer aussi loin que possible, et la vue des couteaux de cuisine la pétrifait.

Nous savons aussi qu'elle vivait en Virginie,  Etat où, malgré un nom romantique, on n'est pas tendre avec les animaux. Un chien est en général un chien de combat, d'élevage, ou de chasse. Et on tire à vue sur les chiens errants, ou sur une chienne de race incertaine qui attend une portée. Elle a peur des groupes d'enfants et des adolescents. Non... elle en est absolument terrorisée! Une de ses pattes arrière est un peu de travers (cassée?), il y a une coupure nette de 4 cm sur son cou (couteau?), et sa tête entière est constellée de petites blessures où le poil ne repousse plus. Sur le haut de ses cuisses, deux durillons durs comme du cuir: maigre au point que ses os saillaient, elle n'avait que du ciment ou du carrelage pour s'asseoir.

Et  un jour, elle a été attrapée au filet par la fourrière. Enfuie? Abandonnée? Chassée? Peut-être, car elle attendait une portée de petits. Les bonnes âmes ne manquent pas dans ces Etats aux moeurs rudimentaires, et il y a des organisations tenues par d'incorrigibles ennemis de la souffrance, dont les membres visitent régulièrement les fourrières, essayant d'identifier les chiens ou chats les plus beaux, gentils, jeunes... Adoptables, en somme! Et par le premier hasard bienveillant de sa vie, Millie a été considérée comme une bonne candidate au bonheur, sauvée in-extremis la veille de ce qui devait être son dernier jour. Son sauveur l'a ensuite confiée à une "maman d'adoption" provisoire, le temps de s'assurer de ses qualités ou défauts, de l'habituer à une relation sociale avec les humains, et pour elle de mettre au monde ses petits. Sept petits, plus deux mort-nés. Elle a pris soin d'eux avec beaucoup de dévouement nous a -t-on assuré, et l'organisation a mis sa photo et celle de ses petits sur le web. Millie s'appelait alors - oui, on est du sud ou pas... - Dolly Roma ! Et c'est un refuge du New Jersey qui par un autre bienveillant hasard, avait de la place et a décidé de la prendre. Une fois ses petits adoptés, on l'a chargée dans une voiture, et elle est arrivée à South Orange.

Par hasard, nous cherchions un chien au caractère calme pour ne pas traumatiser nos 5 chats. Et nous avions vu en ligne la photo d'un certain Bodie, un jeune chien roux et blanc, qui avait été maltraité et avait peur de tout. Il fallait, disait la fiche qui accompagnait la photo, lui rendre confiance. Parfait !, pensions-nous, il ne claquera pas férocement des dents devant nos félins qui n'auront donc pas à lui apprendre que les maîtres, ce sont eux ! Mais Bodie, depuis la photo et sa fiche signalétique, avait été outrageusement gâté au refuge, et ce n'était plus la confiance en lui qui lui manquait, que du contraire! Nous imaginions déjà nos chats passant devant nos yeux en hurlant, missiles hérissés fendant l'air de haut en bas et de gauche à droite. Et un Bodie au nez labouré. À notre consternation devant cette heureuse métamorphose pour lui, certes, mais trop miraculeuse pour nous, quelqu'un a alors suggéré: "Et si j'allais chercher Dolly Roma? Elle a la même couleur, et aime les chats!" On nous spécifia qu'elle venait d'arriver et avait passé la nuit dans la cat room !

Et on nous l'amena. La tête basse, le regard las, le bout de la queue s'agitant par politesse mais sans entrain. Le poil clairsemé et triste. Des croûtes partout, des tiques séchées accrochées ça et là. Les mammelles enflammées. De longues stries de sang sur les pattes et les oreilles. L'air d'avoir 15 ans au moins. Et une gratouille non stop. Scratch scratch scratch! Scratch scratch scratch! A côté de Bodie, elle ne payait pas de mine, pas du tout ! Je m'informai de ses croûtes et une des bonnes âmes volontaires du refuge me dit que c'était une simple allergie, que ça allait partir tout seul avec du bénadryl. Une autre nous dit sans frémir qu'il s'agissait de la gale, mais pas la contagieuse. Un peu consternés nous l'avons prise quand même. Elle avait certainement besoin de reprendre confiance, elle! Pour la modique somme de $250 on nous a "donné" Dolly-Roma, son collier, sa laisse, trois bouteilles de shampoing pour chien à l'avoine, et trois capsules de bénadry, plus une ristourne pour la faire stériliser.

La voiture empestait. Elle n'avait pas voulu y monter, et une fois arrivés chez nous, elle refusa d'en descendre. On a dû la porter. Indifférente à un destin qu'elle n'avait jamais contrôlé, elle se grattait. Scratch scratch scratch! Scratch scratch scratch! Les chats étaient scandalisés. Indignés. Seul, Zouzou s'approcha aimablement, curieux de cette étrange chose à l'odeur prenante et aux moeurs mystérieuses, et ils se reniflèrent. On installa la cage dans notre chambre à coucher, pour qu'elle ne se sente pas seule. Mais j'étais pensive: cette odeur allait-elle pénétrer la garde-robe, nos vêtements, nos cheveux à la manière d'un feu de bois - mais sans son charme?

Lorsqu'on voulut la sortir pour promener, convaincus qu'elle allait adorer ça, elle prit l'air d'une condamnée à mort. Elle ne voulait pas quitter la maison. Elle consentit à peine à faire quelques pas vers la gauche, puis quelques pas vers la droite, refusant de quitter la maison des yeux. Elle voulait avoir un endroit où elle allait rester, qui serait chez elle. Une fois cette "promenade" terminée elle manifesta de la joie en sautant sur la porte. Maison, enfin!

Elle  mangeait bien, mais ne cessait jamais de se gratter. Scratch scratch scratch! Scratch scratch scratch! Elle ne dormait pas, et nous non plus. La cage vibrait de tous ses barreaux du soir au matin. Ses oreilles et ses pattes saignaient, lacérées par ses griffes. Le bénadryl ne faisait rien, et nous, nous n'avions pas de valium! On réalisa aussi qu'elle n'entendait pas bien.

Finalement, après plusieurs visites, analyses et soins ruineux chez le vétérinaire (d'où son nom de Millie car elle nous coûtait des mille et des mille...) on a découvert qu'elle n'avait ni la gale ni une banale allergie. Sa thyroïde ne fonctionnait pas bien, et deux petites pilules bleues par jour - à vie! - font merveille. Elle avait une infection dans les oreilles qui les bouchait ou presque, et un nettoyage régulier lui a rendu une ouïe d'Apache. Et elle ne mange que de la nourriture spéciale au poisson et pommes de terre.

Un an et demi plus tard - et quelques milliers de dollars de moins - c'est une jeune demoiselle de trois ans, assez réservée au calme distingué qui sait cependant qu'elle peut se permettre l'une ou l'autre impertinence de temps à autre. Elle a gardé sa terreur des groupes d'enfants, mais les aime s'ils sont un par un. Elle s'entend avec les chats, n'ayant pas contesté le fait qu'ils sont les maîtres, et leur demande même de jouer avec elle. Cependant, ils ne comprennent pas les règles du jeu et se contentent de se dresser sur leurs pattes arrières et de frotter amoureusement leurs moustaches contre ses babines. Elle sent bon "le petit flocon" d'avoine, son poil est luisant. Elle adore se promener pendant des heures dans les forêts, regarder les biches qui s'encourent, les dindons sauvages qui mangent sur notre balcon, la marmotte qui vit en-dessous du même balcon et aura bientôt ses petits. Elle ne joue toujours pas, ou presque. Mais ses peurs se sont estompées. Elle ne sait pas combien de hasards bienveillants se sont donné le mot pour qu'elle soit cette petite chienne aimée au destin sans surprises.

Et nous avons estimé que son anniversaire devait être aux alentours du 1er mai.

Bon Anniversaire donc, ma Millie!

Publié dans Animaux

Commenter cet article

mamie Sido 16/12/2009 21:05


Elle revient de loin cette très belle chienne !!! Elle a dû subir de bien vilaines choses avant de vous connaitre et je ne doute pas qu'elle se sente heureuse maintenant !!!En tout cas, elle en a
bien l'air !


Edmée De Xhavée 16/12/2009 23:35


Oh oui elle est heureuse, et impertinente à souhaits! Elle sait qu'elle est chez elle et qu'on ne la gronde jamais trop longtemps, qui saurait résister à ces yeux-là, hein? Richard Burton n'a
jamais su dire non à Taylor


alain 20/12/2008 19:26

comme elle est attendrissante,

Edmée De Xhavée 20/12/2008 23:54


Ah ça, nous craquons devant notre Millie!!!


Edmée MALAVAUX 21/04/2008 17:15

L'histoire de votre Millie m'a beaucoup émue...
Mes animaux, Chiens et Chats ont eu énormément d'importance dans mon coeur...
J'étais ravie de découvrir une "EDMEE" (prénom peu courant !!!) ayant les mêmes affinités.
MERCI...et longue vie à Millie.

Edmée De Xhavée 22/04/2008 13:02


Merci beaucoup de votre visite, Edmée! Ce n'est que mon troisième prénom, en fait, qui me vient de ma grand-mère. Je trouve que c'est un prénom très joli, calme, simple. Et oui, comment ne pas nous
laisser aller dans cette longue histoire d'amour qu'on a avec nos "animaux", ces âmes amies qui parlent à nos coeurs avec une joie qui renaît chaque matin! Millie a, je l'espère, de longues années
devant elle à partager avec nous!


Bob 19/04/2008 13:27

Mais comment fais-tu pour parler de rien, en me captivant comme si je lisais du Stephen King ?

J'ai tout lu d'une traite et me suis rendu compte à la fin ( mais seulement à la fin )que tu me parlais d'un vulgaire clebs.

Mais un clebs que j'ai maintenant envie de connaître, qui a un nom et auquel je m'intéresse comme à une personne ?

Tu dois être une redoutable ensorceleuse, peut-être même une manipulatrice. Je sens que je vais me méfier ce prochain premier juin.

Edmée De Xhavée 19/04/2008 13:40


Meuh noooon! Circé c'est pas moi, c'est l'autre, et elle n'opère qu'en Italie! Mais merci d'avoir apprécié le récit des débuts de Millie sur la scène de mon coeur, et oui, ça fait plaisir de se
dire qu'on a été un bienveillant hasard dans sa lamentable existence!

Je me réjouis de te prouver que je ne jette pas de mauvais sorts! Des bons, tout au plus!