Le choeur du peuple belge

Publié le par Edmée De Xhavée

Je suis sur le point de rentrer en Belgique pour un court séjour. Revoir ma famille, quelques amis, manger du chocolat et de la bonne pâtisserie chez Darcis, acheter de bons livres, rencontrer d'autres auteurs de Chloé des Lys, fleurir la tombe de ma mère - sous laquelle elle n'est pas, mais qui est le monument à son passage et notre amour -, câliner mon père, sentir battre mon coeur à la vue des vaches dans les prairies, entendre ça et là des traces des accents survivants de mon enfance... Et je me demande quelle Belgique je vais retrouver, quelles opinions affleureront, quelles rancoeurs seront exprimées quand on voudra me faire comprendre, à moi qui vis dans un autre monde et reçois le texte sans la musique, ce que devient notre pays.

Depuis longtemps déjà je déteste l'aéroport de Bruxelles International. Je ne pense pas, en général, au "problème flamands-wallons" sauf là, parce qu'il me saute au nez. Il gronde même un peu. Bien sûr, pour être tout à fait objective, il suffit d'un abruti sur mon passage pour me donner cette impression, et il s'agit toujours d'un abruti qui serait abruti avec la même énergie en français, anglais, italien ou toute autre langue, le ronchon maussade, envieux de "tous ces fainéants qui voyagent" alors qu'il erre en train de chercher son utilité, en manque de son café matinal. Et c'est un peu ça, le problème. Prenons le bel adage un seul être vous manque et tout est dépeuplé et modifions-le un peu, et on arrivera sans mentir à un seul être vous empoisonne la journée et tout est pourri! Et le monopole des empoisonneurs ne nous revient pas. Laissez-moi vous en citer un exemple réconfortant pour notre ego: alors que je vivais à Turin, j'ai passé une soirée (raseuse) avec un ami et ses amis. Tous des employés de la Banco di Roma. Un d'entre eux tentait de me plaire, ayant été abandonné par sa femme (une femme judicieuse, je pense) et cherchant une autre victime de sa fatuité intenable. Et il s'est vanté haut et fort d'un fait qui s'était passé le matin même dans son agence de banque: une touriste japonaise s'était présentée à son guichet, et s'était adressée à lui en anglais. Et lui, superbe, avait refusé de répondre alors que, prétendait-il, il le comprenait parfaitement. Sa raison? Elle venait en Italie, elle n'avait qu'à parler italien, c'était la moindre des choses!

Il y a des imbéciles et des corrompus et des frotte-manches et des sans ambitions et des analphabètes et des lâches et des prétentieux et des aboyeurs partout. Mais dans une communauté multi-culturelle comme la nôtre, on tend à en faire des wallons fainéants, des flamands obtus, des wallons arrogants, des flamands extrémistes, etc... Parce que la colère est entretenue, et que l'on caricaturise. Mes amis qui habitent Bruxelles me disent "mais tout le monde s'entend bien, il n'y a pas de problème, ce sont juste les politiciens qui remuent les eaux sales". En Wallonie, on pense que la Flandre veut nous réduire à néant. En lisant le forum du Soir - que je ne lis plus, car à part quelques intervenants intelligents des deux cultures et de l'étrenger, le débat tourne à la guerilla de quartier - il est évident que les flamands, quant à eux, exhument de vieilles rancoeurs qu'ils ont dépoussiérées et font reluire avec de l'huile de coude et beaucoup de fureur, tandis que les wallons se disculpent des fautes de leurs pères et représentants avec exaspération.

Et bien sûr, le débat est si long, a des origines si lointaines dans le passé, que je ne tenterai pas d'y ajouter quoi que ce soit. Personnellement j'ai lu Les lys de Flandre et La Belgique en sursis de Luc Beyer de Ryke, et oui, les différences ont des racines trop profondes pour qu'on puisse penser qu'elles pourraient se tasser avec le temps! Mais justement, faut-il les "tasser"? Le fait est que malgré tout, au niveau du peuple, presque tous les flamands ont des amis wallons, et vice-versa. Avec lesquels ils s'entendent sans aucun effort. Ce sont les politiciens, entends-je dire... En principe, ils représentent la voix du peuple. Pourtant, les wallons en tout cas, ne sont pas contents de leurs politiciens!

Et tout ça ressemble à un scénario bien familier: la famille qui se déchaîne contre un des siens: tu ne vas quand même pas rester avec lui/elle après tout ce qu'il/elle t'en a fait voir? Et le respect de toi, qu'en fais-tu? Tu ne vas quand même pas me dire que tu n'en as pas assez? Nous, on en a assez de te voir souffrir! Le divorce n'est pas pour les chiens! Tu verras, tu seras tellement mieux après, on ne te laissera pas tomber, on t'aidera, tu verras! Courage! Pense à tout ce qu'il/elle t'a fait!

Les politiciens ne sont pas le peuple, c'est de plus en plus clair. Ils ne sont pas le pays non plus. Le pays, c'est le peuple. Le peuple est Belge, pas flamand ou wallon, ni "des cantons de l'est", Belge! Belge avant tout en tout cas. Car il est bon aussi de savoir qu'on a des différences, et qu'on y tient. Mais qui, vraiment, veut les éradiquer, nos différences? La Belgique, c'est nous, les gens, les petites gens, avec leur passion et leurs mesquinerie, leurs accents et tournures locales, leurs éclats de rire, leurs bouderies, leur mauvaise foi, leur enthousiasme, leur désir de "faire la paix" et de continuer.  

C'est aussi ce que je désire. Ne plus être Belge serait ne plus avoir d'identité complète. Quoi! Nous avons encore tous connu nos parents ou grands-parents qui ont fait la guerre - si pas les deux! -, qui ont porté fièrement les couleurs de la Belgique, qui défilent encore avec leurs décorations, et ne pensent pas à eux-même comme soldats flamands ou wallons, mais en soldats qui ont défendu leur pays. Mon grand-père a eu une crise cardiaque vers la fin de la guerre, mais a tenu le coup pour mourir après la libération, il voulait mourir libre. Comment penser que ces années d'enfer qu'ils ont subies pour que leur descendance soit dans un Belgique libre n'auraient servi qu'à amener des disputes internes qui allaient tout détruire, que le ver était dans la pomme et pas dehors?

Depuis 1993 (oui, bien avant toutes les ridicules péripéties qui secouent notre pays en ces temps de honte!) l'asbl Kunst en Democratie/Culture et Démocratie plaide pour la mise en place d'accords de coopération entre nos communautés (la communauté germanophone comprise!) Bien des artistes belges y participent. Pour n'en citer que quelques-uns: Axelle Red, Franco Dragone, Marion Hänsel, Chantal Ackerman, Julos Beaucarne, les frères Dardenne, José Van Dam... Visitez leur site, incitez les artistes à se joindre au mouvement, et soyez  heureux: oui, la Belgique est toujours bien aimée et bien défendue, mais par des gens qui crient moins fort. A mort s'entend plus que longue vie, mais longue vie est musical, et a la force d'un chant murmuré par le coeur du peuple. Le choeur du peuple. Visitez aussi Arsbelgica qui présente en ligne la sérénade d'amour des Belges à leur pays. Et la voix du peuple, c'est par l'Art qu'elle s'exprime, dans une langue unique, une passion commune, une fierté unanime.

2008 est l'année européenne du dialogue interculturel. C'est par les artistes que la réunion des communautés peut se faire et se maintenir. L'Art est l'âme d'un pays, et nous avons la chance, la grande chance en fait, d'avoir une communauté multi-culturelle, de quoi nous enrichir au lieu de nous diviser. Le chagrin des Belges, c'est de ne plus oser s'entendre...

Quant à moi, je vais être absente de ce blog jusqu'à la mi-juin, de quoi m'impréger de belgitude! Je vous ai laissé de la lecture, allez-voir mes nouvelles ou l'extrait de mon livre encore à paraître, et, puisqu'on parle de la Belgique, je vous conseille aussi un passage sur le site du petit Belge, qui vous rendra une fierté tribale bien revigorante!

Publié dans Actualité

Commenter cet article

Un petit Belge 01/06/2008 10:48

Bravo pour ce beau texte en faveur de l'unité de la Belgique et bon séjour dans notre pays! Je me réjouis que de plus en plus d'écrivains, d'artistes et de responsables culturels s'opposent au séparatisme et le disent publiquement dans les médias et sur Internet.

Voici quelques blogs belges à découvrir et à faire connaître :
http://bplus-acties-actions.skynetblogs.be
http://belgeetfierdeletre.skyrock.com
http://belgium4ever.over-blog.com
http://www.e-monsite.com/belgiebelgiqueunie
http://journalpetitbelge.blogspot.com
http://royale-belgique.skynetblogs.be
http://mouv-dynastique.skynetblogs.be

Il y a aussi www.belgie-anders.be et www.medium4you.be qui propose des articles de blogs francophones et néerlandophones avec une interface entièrement bilingue.

Edmée De Xhavée 10/06/2008 22:59


Cher petit Belge, merci pour le commentaire et les adresses de blog que je visiterai à l'occasion...


Bob 31/05/2008 18:45

Bravo Edmée... ben ik n'vlaming, ben ik n'waal ? N'duitser misschien ? moeilijk te bepalen. Mijn moeder was n'hollandser (was, omdat ze spijtig genoeg overleden is)en mijn vader een echte waal van 'le Borinage'. maar dit gezegd zijnde, habben wij jarenlang in Duitsland geleven... waar mijn vader militair in bezetting was.

Dus, goed overdenken... k'ben n'franstalige vlaming en een vlaamse francophone.

Non, peut-être ?

Edmée De Xhavée 10/06/2008 22:57



Ben moi je suis une echte Belgien, avec plein de parenté portant des noms hollandais et allemands, et un nom de famille francophone issu d'un hameau dans l'arrière pays liégeois! Un vrai plaisir,
au fond, que d'être le résultat des rencontres de gens qui se sont aimés dans toutes les langues, non?