La brodeuse

Publié le par Edmée De Xhavée

Bon, un jour ou l'autre, je finirai bien par être une auteure dont on peut même lire la prose sous forme de livre, non? Un livre qu'on prête à ses amis en disant "il s'appelle reviens, ne l'oublie pas!". Un livre qu'on savoure au lit avec un bâton de chocolat - attention aux empreintes digitales Côte d'Or. Et ce jour ou cet autre devrait être derrière le coin, non?

En tout cas, pour vous mettre en appétit avec quelque chose, voici l'avis du comité de lecture des éditions Librisme en Suisse, qui vont me publier dans un recueil collectif, Sur le fil:

Voici ce qu’il ressort des avis des membres du comité de lecture concernant votre nouvelle.

 

La Brodeuse a occasionné la plus grande unanimité au sein du comité.

Nous en avons aimé le style simple, classique, bien rythmé et précis, la maîtrise de la langue, la beauté et la poésie de l’histoire.

 

Le personnage de Géraldine constitue une très belle réussite. Nous lui avons trouvé une vraie profondeur psychologique et un caractère très touchant.

 

La construction, également, nous a paru très bien maîtrisée et très efficace. L’intégration de la partie consacrée aux souvenirs est très réussie. Cette histoire du passé est très forte par sa simplicité et nourrit avec subtilité le personnage de Géraldine au présent.

 

Et ce qui achève de rendre très convaincant et abouti votre texte, c’est ce soin du détail – je pense notamment au bonbon à la bergamote glissé dans le thé – qui contribue à donner épaisseur et poésie à votre personnage et votre histoire.

Et puis voici l'opinion de Bob Boutique, sur le forum de Chloé des Lys:

 
Sujet: La brodeuse, une nouvelle d'Edmée De Xhavée   Mer 23 Juil 2008 - 18:57  

La brodeuse de Edmée de Xhavée

Je viens de lire ‘La brodeuse’ et reste émerveillé… ce texte mérite mille fois de figurer dans le recueil que l’éditeur suisse Librisme publie cet été. Car il est Re-mar-qua-ble.

Plus courte que d’habitude (pour moi, c’est un avantage), cette nouvelle reproduit fidèlement le monde nuancé et tout en finesse d’Edmée. Un style à l’ancienne qui me rappelle Marie Gevers (je crois l’avoir déjà dit) avec de jolies phrases construites comme des rangs de perles, une histoire simple où la psychologie joue un grand rôle, du suspense même s’il n’a rien à voir avec les thrillers à la mode (un peu dans le genre de Micheline Boland) et… comment dire ? Une mélancolie douce, ton sur ton, à la Laura Ashley.

Si je devais comparer avec un peintre, je dirais Vermeer de Delft, en moderne bien sur. Ou Suzanne Valadon, la mère d’ Utrillo. C’est confus ? Sans doute, mais c’est ainsi que je le ressens.

L’histoire ?

Anodine, mais d’une grande profondeur humaine. ‘Du peu, mais du bon’ comme écrit Edmée. La qualité avant l’esbroufe et le sentimental facile.

Géraldine (la petite soixantaine ?) brode et tricote pour deux boutiques de mode. Un travail qu’elle accomplit avec joie et humilité depuis 25 ans, à la fenêtre d’un petit appartement qui domine une rue dont elle connaît tout. Le bruit d’une porte qui se referme au 19, le bac à sable d’un jardinet où il y a deux enfants, le petit chien qui aboie et court derrière les vitres d’une maison de rangée… Elle observe, tout en tirant le fil et en palpant des tissus soyeux aux motifs délicats

Au numéro 15, en face, il y a une jeune femme, jolie, qui chantonne toute la journée et reçoit chaque matin, après le départ d’un époux plutôt terne, un amant un peu canaille qui s’en va au bout d’une heure en sifflotant. Du tout venant en quelque sorte.

Puis un jour, Géraldine est en train de broder les serviettes d’un trousseau, voila qu’elle aperçoit le mari qui rentre plus tôt que prévu…

Je vous laisse découvrir la suite. J’ai adoré. Car elle est bien dans le ton du récit, simple, élégante et… mais oui, pourquoi pas… tendre.C’est tout ? Oui, c’est tout, mais avec quelle virtuosité ! Quelle bonté. Lisez et vous comprendrez.
Qui ne serait pas heureuse d'avis aussi positifs, mais aussi, si bien détaillés? Car être publiée est une joie sur laquelle je ne comptais pas trop - à vrai dire j'ai écrit Les romanichels sans y penser du tout, c'était juste pour écrire et le faire lire à mes proches! - mais découvrir que c'est bon (en tout cas, en partie, car il y aura des flops sans doute!) est un grand bonheur!

Je m'attends bien sûr - en m'accrochant un peu - à des avis négatifs, et c'est normal. Il y a des auteurs fameux qui ne me plaisent pas, et des acteurs que tout le monde semble trouver beaux qui me laissent bouche-bée et pensive... ah bon, il est beau??? Ah bon, c'est un best seller? Donc il y en aura pour trouver que ah bon? (Je me ferai la charité de ne pas imaginer la suite...)

Mais quel plaisir que d'imaginer que mon écriture apportera son aura dans d'autres vies!

Publié dans Romans

Commenter cet article

Un petit Belge 28/09/2008 21:27

Il y a longtemps que je suis persuadé que tu as le talent pour être publiée... Cela ne fait aucun doute quand on lit les nouvelles de ce blog.

Edmée De Xhavée 28/09/2008 22:54


Mille merci, mais il faut aussi de la chance, car je ne suis pas la seule! Et j'en ai eu, je t'assure, car je n'ai pas envoyé beaucoup de manuscrits, je faisais ça très ... mollement, avec
détachement! Quant aux éditions Librisme, c'est encore un coup de chance, l'année dernière ils ont refusé ma nouvelle, mais avec tant de soin dans leur justification que j'ai voulu me représenter!
Bingo!!!


nath 28/09/2008 20:22

Olééé!
Bravo mille fois, et je suis sûre que si tu continues de nous trouver des expressions comme celle-ci, 'que mon écriture apportera son aura dans d'autres vies', il y en aura peu qui oseront un 'a bon?'!!!
Besazo guapa, y enhorabuena

Edmée De Xhavée 28/09/2008 22:51


Il y en aura toujours, et c'est normal. Libre à moi de penser qu'ils sont des ignares sans goût! :)


Bob 27/09/2008 10:05

Ah bon ????

Edmée De Xhavée 27/09/2008 13:30


??? Je suppose que je dois dire "mais oui bien sûr"... :)