Ce n'est qu'un avis, mais ...

Publié le par Edmée De Xhavée

... c'est le nôtre, celui de ces petits Belges de tous les horizons que "Le" petit Belge nous a demandé, et publie sur son blog depuis le début du mois. Notre avis sur la Belgique, nos sportifs, artistes, auteurs, recettes, coins préférés en Belgique, et notre souhait pour l'avenir.

Avec persistence je continue de vouloir garder ma "petite Belgique", même si de cocagne elle a tourné à pays de castagne. Et en un morceau, s'il vous plaît! Je dois faire partie de ce qu'on appelle les passéistes, et j'avoue que mes raisons sont d'ordre sentimental, traditionnel, et optimiste.

Mais que notre mer du nord ne soit plus la mer des Belges... que nos Ardennes se fondent avec les Ardennes françaises... non! Ce ne sont que détails à côté de l'embrouillamini politique qui enflamme le pays en ce moment, mais notre sentiment d'être Belges est fait, justement, de toutes ces émotions aussi: l'émouvante beauté séculaire de Bruges, la somptueuse Grand Place de Bruxelles, la douce quiétude du Zwijn, l'Ourthe et ses courbes mouvantes, le village-joyau de Dolhain-Limbourg ... Et nos légendes: Arduina chevauchant son sanglier aux soies raides, la chèvre d'or, la bête du Stanneux, Tyl Uylenspiegel, Saint-Hubert, le Brabo, Sainte-Geneviève de Brabant, le Doudou. Ah oui, elles existaient avant que la Belgique ait ses frontières et son nom, elles étaient ... "locales" avant ça. Mais elles sont devenues belges! Nos auteurs, nos peintres, nos musiciens, nos grands hommes... Tous ces noms de villes ou villages où sont nés nos parents, aïeux, qui parfois commémorent leurs noms dans une rue, sur un pont, un parc... Ces lieux lourds de souvenirs où la guerre a laissé sa cicatrice... C'est tout ça aussi, un pays, pas seulement des assemblées ministérielles, des votes, des braillards agitant un étendard de haine dans les rues.

En arriverons-nous jamais au point où, entendant Just like Belgium d'Elton John, nous en aurons les larmes aux yeux, l'âme emplie de la nostalgie d'un si joli petit morceau de terre qu'on aura débaptisé, morcelé, écartelé pour bien montrer qu'on fait un grand nettoyage et qu'on n'est pas attachés au passé, à la "Belgique de papa"? Remember Belgium, and the Brussels Museum... Mais la Belgique de papa, c'est celle où on avait encore le sens de l'honneur, ce n'est pas si mal! Et même les papas se sont mis à l'internet, à skype, aux jeans, au vocabulaire déroutant de leurs enfants, ils ne sont pas restés immobiles dans le temps, après tout.

La grande lessive, oui, il faut la faire. Un bon coup de balai, voire de lance-flamme! Mais encourager la colère des petites gens faciles à leurrer, leur coller des slogans et des insignes, leur apprendre à aboyer une rage qui n'est pas la leur, pour faire un mal encore plus grand que celui qui existe, c'est monstrueux. Et si triste.

Beaucoup croient encore en la Belgique, y tiennent, et font entendre leur voix. Avec optimisme et confiance. Mais ils parlent, eux, ils ne gueulent pas. Ou ils chantent. Quand les autres auront la voix rauque d'avoir hurlé un discours lassant, on les entendra.

Et oui, pour une fois, on nous le demande, notre avis, à nous les petits Belges tranquilles qui ne vociférons pas dans la rue. Nous l'avons donné, écoutez sa petite musique qui s'élève dans l'automne...

Publié dans Actualité

Commenter cet article

Bob 22/09/2008 09:22

J'ai entendu hier sur VTM une interview de Baert De Wever, honni sans nuances par l'ensemble même de la presse francophone, un constat douteux, non ? Un journal ne devrait-il pas informer avant de propagander ? )et il disait ceci:

Va t-on oui ou non reconnaître les frontières de la Flandre ?

Les francophones vont-ils oui non accepter qu'en Flandre ce sont les règles flamandes qui comptent ?

Les francophones vont-ils oui ou non, continuer à nous imposer une politique dont nous ne voulons pas, notamment en matière du contrôle du chômage et d'immigration ?

Voila 17 mois qu'on tourne autour du pot sans répondre clairement, parce qu'en fin de compte ce statut-quo arrange les francophones qui faut-il le rappeler sont minoritaires ( Bruxelles contenant déjà plus d'étrangers que de belges non francophones ! )et font pourtant comme s' ils allaient finir par obtenir le rattachement d'une partie du territoire flamand à la francophonie... à savoir les communes à facilité.

Pas un mot sur ces questions simples, directes et claires dans la presse francophones. Oui-mais, mais-oui, peut-être, c'est à voir... tout ce qu'on veut sauf une réponse claire.

C'est pour ça que la N-VA quitte les négociations. Parce que les élections approchent ? Oui aussi. Mais pas seulement !
Une étude de l'Université de Gent à a déjà calculé que les chrétiens démocrates perdraient 20% de leur électorat en larguant la N-VA.

N'oublions pas au passage que si les nationalistes flamands se regroupent un jour avec De decker et le Belang ( et on fait tout pour ça ), ils formeront le premier parti de Flandre. Il sera impossible de gouverner sans eux...

Les bourgeois francophones de Bruxelles ( ceux qui n'ont pas encore fuit la Capitale )ont compris depuis longtemps et envoient leurs enfants dans les écoles flamandes où les files d'inscription sont interminables. Non pas seulement pour y apprendre la seconde langue, mais parce que la discipline y est stricte, et qu'on y bannit les foulards.

Je puis vous assurer en outre, pour l'avoir vérifié avec mon fils, que le programme d'une première moderne flamande équivaut à celui d'une deuxième francophone, ni plus ni moins ! Un an d'écart !

Et beaucoup craignent que cette disparité ne s'accroisse encore dans les dix ans à venir.

Je suis bilingue, ma langue maternelle est le français et je l'aime avec ferveur. Mais quand une voiture fonce droit dans le mur, il n'est pas interdit de crier 'Attention'.

Edmée De Xhavée 22/09/2008 13:05



Ciel! C'est vrai que j'ai remarqué que l'enseignement primaire avait baissé, j'ai un ami qui est prof et s'en plaint (à Verviers!). Et oui, la discipline ne tue pas, j'ai fait mes études chez les
nonettes, marcher le doigt sur la bouche, deux par deux, le coin avec le bonnet d'âne, pas de maquillage (bien après l'âge du bonnet d'âne!), pas de mini-jupes, mes boucles d'oreilles Courrèges
proscrites... Je n'en suis pas morte. Je suis super anti-nonnettes, mais je leur suis reconnaissante de la discipline qu'elles m'ont fait entrer de force dans le système, car ça m'aide encore
aujourd'hui. Par contre, leur classisme et leur hypocrisie, je m'en serais bien passée!



Un petit Belge 21/09/2008 11:35

Réponse à Edmée : A nouveau un très beau texte dont je partage totalement les idées. Concernant ma rubrique "La Belgique de...", elle n'a reçu que des échos positifs avec toujours la même phrase : bravo pour avoir donné la parole à de simples citoyens belges. Elle se termine dans quelques jours, mais je referai probablement la même opération dans quelques mois.

Réponse à Bob : Oui, il faut discuter de tous les sujets litigieux et oui, ce sera très compliqué, mais c'est l'affaire du monde politique. On ne demandera ni votre avis, ni le mien. De mon côté, je ne veux pas rester les bras croisés et ne rien faire. Oh bien sûr, je ne me fais pas d'illusions : mon blog n'est qu'une goutte d'eau dans l'océan, mais je n'aurai pas de regrets d'avoir laissé faire sans rien dire. Lorsque des gens m'écrivent qu'ils retrouvent leur belgitude sur mon blog, je me dis qu'il y a un réel décalage entre le monde politique et l'opinion des simples citoyens qui restent attachés à l'unité de la Belgique. Seulement les médias ne parlent que des tensions communautaires depuis juin 2007... On ne parle pas des nombreux échanges linguistiques entre nord et sud qui se passent dans une bonne ambiance, des actions de l'asbl BPlus (4.000 membres, dont une majorité de jeunes) ou des écoles d'immersion qui sont en constante augmentation. A nous de ne pas être dupes. Aussi utilisons judicieusement Internet pour donner notre avis et Edmée a raison de proclamer son amour de la Belgique. Concernant le néerlandais, il faut aussi reconnaître que de nombreux Wallons préfèrent rester au chômage que d'apprendre le néerlandais pour trouver un boulot en Flandre (où il y a de nombreux emplois vacants). Et je comprends la colère des Flamands à ce sujet. Tout n'est pas blanc ou noir : ce n'est pas nous qui avons raison et eux qui ont tort. C'est un peu des deux.

Edmée De Xhavée 21/09/2008 13:56


Je pense aussi que nous avons tous tort, certains plus que d'autres dans certains domaines, mais comme tu dis, il semble quand même que le citoyen moyen ne demande pas la mort de l'autre communauté
pour ça. En fait, tout le monde semble se rendre compte qu'on est victime d'intérêts personnels de nos "dirigeants" et de quelques-uns de leurs sbires, et qu'ils tentent de diriger l'orchestre.

Il y a du pain sur la planche, c'est vrai, mais c'est faisable, il me semble. Ceux qui résisteront bien sûr à l'idée d'un coup de balai... ce sont ceux qui risquent d'en être les victimes, aussi
ils entretiennent soigneusement les vindictes et rancoeurs pour qu'on regarde ailleurs!


Bob 20/09/2008 10:31

Tu es si généreuse et si romantique que tu me fais douter ! Pourtant, je maintiens: si on n'affirme pas, très rapidement ,le droit du sol ( dans le respect de l'autre ) au détriment du droit des gens ( chacun sautant comme bon lui semble dans le jardin du voisin ) on ne trouvera plus jamais la paix.

Eux chez eux. Nous chez nous. Et une fois ce principe bien établi: rencontrons nous, et recommençons à nous aimer.

Edmée De Xhavée 20/09/2008 13:26


Je suis tout à fait incapable de comprendre "sur le tas" ce qu'il faudrait exactement, et je ne vais pas te donner tort, tu es sur place et en sais plus long que moi sur l'ambiance réelle, en tout
cas pour Bruxelles.

J'étais, au début de cette opération castagne, opposée à encore faire apprendre le flamand au lieu d'une autre langue majeure, flamand que j'ai appris 4 fois et n'ai jamais utilisé pour
n'en avoir pas eu besoin, mais au fil des mois, j'ai fini par me dire que ce serait bien peu payer pour contenter tout le monde. Sans compter que finalement, c'est une langue belge après tout, et
que quand on parle une langue, on comprend mieux les gens, c'est clair! Je ferais aussi appel à Hercule car s'il a nettoyé les écuries d'Augias, il devrait arriver à nous débarrasser de la
corruption - bien souvent wallonne.

Mais j'aime me dire que la Belgique va rester en seul morceau, et retrouver la paix!