Heusy - Verviers - 2

Publié le par Edmée De Xhavée

La maison était grande et gentiment bourgeoise, avec un beau porche latéral pouvant abriter deux voitures – et surtout la calèche du cheval. Le grand vestibule central de marbre blanc veiné de gris avait encore, pendant mon enfance, la tapisserie que mes grands-parents avaient choisie, un beau papier jaune safran décoré de fleurettes sur un entrelacs de tiges montantes. Une petite salle à manger à droite, et la grande salle à manger à gauche.



Le petit salon à l’étage, et le grand salon en bas, contigu avec la grande salle à manger, formant ainsi une belle grande pièce parquetée avec une baie au centre, aux plafonds décorés de moulures. Le piano à demi-queue qui venait de la maison d’enfance de ma grand-mère s’y trouvait, mais ce n’est qu’à présent que je peux imaginer les gais échos qui naissaient sous ses doigts légers et transportaient le mot bonheur dans un souffle musical.

La cuisine était spacieuse et démodée avec une pompe qui amenait l’eau du puits jusqu’à l’évier, en plus bien sûr de l’eau de la ville ! Sur le carrelage mural blanc se détachait un petit trio de pots émaillés que ma mère a fini par utiliser comme fourre-tout. Une table et de vieilles chaises de Herve peintes en gris nous accueillaient pour manger à la cuisine, mon frère et moi quand les parents n’étaient pas là. Ma mère n’a jamais rien changé à cette cuisine, sauf le carrelage rouge et blanc qui n’a pas attendu son avis :  il a hurlé au secours, qu’on me remplace, je me meurs !

Et les caves ! La cave à lessive, la cave à vin – avec, dissimulé derrière les claies et un faux pan de mur, un réduit utilisé pour cacher des membres de l’armée secrète pendant la guerre -, la cave à charbon et … la cave des surboums, que j’ai décorée, en ce temps de sorties, de dessins psychédéliques où je proclamais adorer la marijuana ! Moi qui ai fumé mon seul et unique joint à 37ans ! Il nous arrivait même d’y donner des surboums l’après-midi, et je vois encore cette gentille petite jeune fille qui, intéressée par mon frère, avait prétendu chez elle aller acheter le pain, et était venue à notre « soirée dansante d’après-midi ». Mais ma mère s’était méprise, s’était emparée de son pain de campagne en la remerciant de sa bonne idée, et l’avait transformé en tartines de pain de campagne au jambon pour les danseurs en bas !

Cette vieille et respectable maison frémissait de tous les bruits d’une demeure qui a de l’âge : les escaliers de chêne parlaient, les tuyauteries se plaignaient un peu trop, et des souris galopaient dans les murs extérieurs. Imaginer toute cette vie contre mon oreille me ravissait, tout comme le son de minuscules chutes de mortier qui dévalait sous leurs petites pattes. Certaines nuits, selon la direction du vent, par ma fenêtre entr’ouverte m’arrivait le meuglement d’une vache, ou encore le joyeux sifflement du train au loin. Ma chambre donnait sur la rue, sur le mouvant feuillage des tilleuls, le terre-plein de gravillons, les arches élégantes formées par les pavés polis et luisants de l’avenue, et la magnifique maison de Madame Leloup, dont ma mère enviait la modernité. Car Madame Leloup prenait des bains de soleil et fumait en bikini dans son jardin, bien à l’abri de ses hautes haies de lauriers, mais en vue depuis notre balcon. La roue tournant sans cesse, cette maison et son grand jardin boisé sont devenus un Delhaize et son parking…

Pour jouer nous avions, outre la chambre à jeux, un jardin de bonne taille, entouré de doubles haies avec tout au fond un potager à gauche et pigeonnier - poulailler – clapier à lapins à droite, séparés par un chemin qui se terminait par une jolie petite tonnelle où mes grands-parents avaient jadis pris le thé en savourant leur grand amour, car c’en fut un. Par la suite, ma mère a fait construire une extension et des murs à la tonnelle, qui est devenue… l’écurie. Des massifs de roses, de tulipes, un espalier le long du mur mitoyen sur lequel un poirier s’accrochait et donnait ses fruits … pour mon anniversaire, m’affirmait-on. Des arbres fruitiers ça et là : pommes d’août, reinettes du Canada, mirabelles, prunes, cerises… Des groseilles à maquereau et des groseilles rouges, des noisettes. Des bouquets de rhododendrons, des explosions de fougères, lupins, phlox, hortensias. Un tuyau et des robinets rendaient l’eau pour l’arrosage accessible jusqu’au fond du jardin. Des rangées de buis dont j’adorais l’odeur et les petites feuilles dures et concaves.

C’est mon grand-père qui avait dessiné les plans du jardin : des pelouses de gazon japonais piqueté de minuscules fleurs blanches qui sont ensuite devenues de pelouses d’herbe, plus faciles à entretenir ; des arcades de rosiers grimpants roses et rouges ; des allées de gravier qui fut plus tard remplacé par de larges dalles d’ardoise. À un certain endroit, ma grand-mère avait laissé l’empreinte du talon de sa chaussure dans le ciment frais qui jointoyait ces dalles, empreinte qui amena cette triste constatation par mon grand-père à mon père, peu après son décès prématuré : « c‘est tout ce qui nous reste d’elle ». Il ne lui a survécu qu’un an.

À suivre...

Publié dans Verviers

Commenter cet article

Universel 04/02/2009 13:03

Bonjour Edmée, ben dis donc, les USA c'est pas l'Eldorado hein question de congés en tout cas.
Mais c'est normal ça ???
Je veut dire c'est commun à toutes les boites ?
Tes visites me font réellement un plaisir fou tu sais, c'est marrant de correspondre d'aussi loin hein, si on m'avait dit ça il y à un an, je l'aurais pas cru tu sais.
Une fois dans mon courrier électronique, j'ai reçu un mail d'une chinois !!!
En anglais dis donc, moi qui parle pas un mot d'anglais lol.
Je croyais à une blague, donc j'ai demandé à ma fille de répondre (elle à des connaissance d'anglais), et bien non, c'était vraiment un chinois de hongkong !!! comment il est venus sur ma boite, mystère et boule de gomme, après je l'ai supprimé (peur de virus), mais tu vois quand même comme c'est comique le hasard.
Quoiqu'il en soit, je suis fier de te connaître.
Je te souhaite une magnifique journée, bisous.

Edmée De Xhavée 04/02/2009 23:57


Merci pour ta bonne humeur! Oui, c'est "normal" il n'y a pas de législation sur les congés ici! Les patrons ne sont pas obligés d'en offrir, mon mari n'a jamais eu de congés payés! Tout comme l'affiliation aux soins de santé, ce n'est pas imposé, le patron n'est pas obligé d'intervenir dans la couverture
assurance santé. C'est pourquoi 40 millions de personnes ne sont pas couverts ici!

Tu comprends pourquoi le pays est riche?  Et les patrons???


nath 04/02/2009 10:56

Tu supposes bien! ;-)
On échappe à Stupid Cupid oui, quoique... car mon titre sera 'le coeur grenadine', avec une img d'intro en grains de grenade formant un gros coeur, mais ce sera (j'espère) la seule chose un peu sentimentalkitsch!
Bonne journée!

Edmée De Xhavée 04/02/2009 12:33


Dans ce cas, veux-tu le mettre, toi? Le mien n'a pas de timing particulier, c'est sur les animaux... Je pourrais le mettre en fin de mois, si tu as envie de mettre ton coeur de grenadine
maintenant. Sentimentale, va! Bon, je sais, c'est l'tchèt, c'est pas toi :)


nath 03/02/2009 15:10

ALors Ça y est! J'ai vu la tant attendue couverture du tant attendu roman!
ENHORABUENA, FÉLICITATIONS...
Je file l'adresse de ton blog à une cousine retrouvée sur FaceBook, elle devrait aimer...
Biz vervîtwèse (je m'attèle à la prochaine lettre du tchèt grenadin)

Edmée De Xhavée 04/02/2009 00:00


Merci, c'est sympa! Eh oui, il est enfin prêt! Le tchèt New Yorkais va déposer sa lettre samedi, elle est prête... Je suppose que ton tchèt grenadain prépare la suivante? On échappe à la
Sainte Valentin, chic! Bizzz


Universel 02/02/2009 20:21

Bonsoir Edmée.
Je vais le chercher et le trouver, ensuite je l'offrirais à ma puce, suis sùr qu'elle seras contente.
Bon laisse moi le temps d'aller en ville hein, te dirais quoi après lol.
Passe une très bonne soirée, bisous.

Edmée De Xhavée 02/02/2009 23:34


J'esp¿re que ça fera plaisir à ta Puce (c'est aussi mon surnom, entre puces on se comprend je suppose, outre à sauter  haut!). Le mieux est de commander directement aux editions Chloe des lys,
ils te l'envoient chez toi avec le bulletin de versement! Bonne soirée-nuit, car avec vos 6 heures d'avance, eh bien tu dors sans doute, asteure!


Micheline et Louis 02/02/2009 08:07

On s'y croirait dans cette belle maison...

On entend le piano, les escaliers qui craquent et le chant des oiseaux dans les tilleuls.

Mais ce que l'on perçoit le plus, c'est l'Amour avec un grand "A" !

Edmée De Xhavée 02/02/2009 12:47


Merci, il y en a eu, il resurgissait des drames, persistait, et y est sans doute resté avec les nouveaux habitants...