To yelasto paidi

Publié le par Edmée De Xhavée

C’est une mélodie grecque que j’aime tant, to yelasto paidi  – l’enfant rieur. Alors j’ai trouvé que ce titre de chanson était parfait pour cette petite réflexion.

J’ai lu il y a peu que les adultes dont les photos d’enfance montraient des bambins au sourire spontanément gai étaient devenus des adultes heureux. Si on a la capacité d’exprimer et montrer la joie avant l’âge de 5 ou 6 ans il me semble, ce serait le signe qu’on a le secret du bonheur.

Qu’il est amusant de s’entendre dire c’est tout à fait toi, je te reconnais, lorsqu’on montre à un ami une photo surgie de l’enfance, alors que les ans ont recouvert la photo de patine et le corps d’un nouveau volume. Et pourtant, oui, le sourire et la paisible confiance en soi errent encore, l’essence même de ce qu’on était déjà.

Quant aux enfants anxieux, ces enfants dont on voit trop tôt hélàs le visage et le caractère qu’ils auront plus tard … bien vite en eux l’enfant disparaît et livre toute la place à un individu auréolé de tristesse qui s’use sur les vicissitudes et se retourne pour les regarder quand elles sont passées, vivant avec parcimonie les grands bonheurs de la vie pour être mieux préparé aux drames à venir. Garder un cœur d’enfant, comme on le dit, prend des aspects différents pour tous, et certains ne peuvent garder ce qu’ils n’ont jamais eu. Mais le goût des fous-rires, des sottises dites pour le plaisir unique de rire et d’entendre une amie surenchérir avec une autre idée encore plus sotte, c’est ouvrir la cour de récréation à cet enfant de jadis qui eut le même rire que nous, et dont l’expression espiègle flotte devant la nôtre.

Ça n’enlève rien au sérieux que la vie exige de nous le reste du temps, ni à l’indispensable maturité qui permet que la joie d’enfant apporte un sain détachement des choses sans en enlever la conscience. Céder à l’appel d’un vieil air de Bo Didley et danser toute seule en repassant, téléphoner à une amie pour une demi-heure de pure bêtise rajeunissante, ne pas penser à ses vêtements et se coucher dans l’herbe pour regarder courir les nuages – et y reconnaître formes et visages éphémères -, manger une tartine de pain gris au saindoux et sel, abomination de la diététique mais pure extase qui rappelle l’enfance, c’est ne jamais vieillir tout à fait, même si le corps a des ratés et des pièces que l’on aimerait remplacer si on le pouvait.

Agatha Christie disait que ce que nous sommes avant d’avoir huit ans est ce que nous sommes vraiment. Après, l’éducation, la pression pour être conforme et plaire altère la personnalité de base.

Allons donc, les enfants, emplissez-vous des joies qui jalonnent la route, préparez aujourd’hui votre jeunesse de demain. Et oui, écoutez donc vous aussi Theodorakis et l’extraordinaire Maria Farandouri, que j’ai vus à Bruxelles avec le trop trop beau Giorgio Dallaras, chantant to yelasto paidi… Ah ! Comment vieillir, après cette pluie de beauté descendue de l'Olympe ?

Publié dans C'est tout moi - ça

Commenter cet article

fauvette 15/09/2009 14:06

Coucou, me revoilà après cette trop longue absence ! Je suppose que tu sais pour les problèmes techniques, l'ordi qui m'a lâché et le manque de temps qui s'ajoute à la liste !
Je ne suis jamais allée à dos de chameau... Ce devait être chouette à faire pour un p'tit bout !
Je suis restée la même, moins innocente évidemment mais toujours aussi gaffeuse et toujours à faire le clown ! Du moins quand le moral est au beau fixe...Je me rappelle de toutes ces blagues que je faisais à l'internat, je les referais sûrement encore maintenant...Qu'est-ce qu'on s'était amusée !
Je continue mon tour d'horizon, j'ai bloqué mon temps rien que pour toi !

Edmée De Xhavée 15/09/2009 23:54


C'est gentil de bloquer du temps - que tu n'as pas - pour moi! Oh oui, le chameau, quelle joie pour les enfants! Il y avait l'odeur, la toison laineuse, le tanguage, et la maman en bas qui disait
"tiens toi bien!". J'adorais ...


Universel 06/09/2009 12:21

B'jour Edmée,
Et ben t'as la même que moi là lol.
Le chameau, je me souviens qu'il était drôlement haut pour le p'tit bout que j'étais à l'époque.
Souvenirs, souvenirs ... bon ça nous rajeunit pas tout ça hein ah ah.
Passez un bon dimanche, bisous à tous deux.

Edmée De Xhavée 06/09/2009 13:39


Ce malheureux chameau, il a porté toi, Louis, moi... et combien d'autres!

Bisous aussi!


zabou 04/09/2009 20:24

je viens te porter mon petit comm affectueux!!!:-)

Edmée De Xhavée 04/09/2009 23:38


Merci Zabou-poète!


Mimi du Sud 02/09/2009 12:48

Et bien j'ai beaucoup changé en tout!! lol !! le physique,et surtout mon caractère.... mais c'était aussi le bon temps,
le temps tranquille et sans souci,toujours avec le sourire et les bétises...
Bonne journée à toi,ma jolie,
Bisous de Mimi.

Edmée De Xhavée 04/09/2009 23:40


On change tous, et puis on comprend parfois qu'on n'a pas tellement changé, en fait!

Bisous!


pâques marcelle 01/09/2009 16:55

Moi aussi j'aime ne pas penser à mes vêtements et me coucher dans l'herbe-j'ai toujours gardé une certaine légereté(au moins dans l'esprit:-)
Amicalement
Marcelle

Edmée De Xhavée 02/09/2009 00:02


Et tant pis pour les taches d'herbe, hein!!!