Little Saigon

Publié le par Edmée De Xhavée

Little Saigon est un restaurant vietnamien à deux pas de mon bureau. Comme alternative il y a Popeye’s (des morceaux de poulet pané et frit servis avec une sauce sucrée et des frites molles), Roberto’s pizza (les pizze du GB sont le fin du fin à côté) et Subway (sandwiches au pain mou et assez d’oignons pour empester une rame de métro). On comprendra que devant ce choix, lorsque je veux manger dehors à midi, c’est vers Little Saigon que je me dirige.


Je commande toujours la même chose : des Summer rolls quand il fait chaud et des Springs rolls quand il fait froid, parce qu’ils sont frits. Mais si digestes parce qu’accompagnés d’un bouquet de menthe fraîche et de feuilles de laitue. Les lieux sont sans beauté : deux grands pièces rectangulaires avec des murs d’un bleu vif dont la peinture s’écaille là où les chaises se sont appuyées, un vieux comptoir de seconde ou troisième main (qui sait combien de mains vu son âge et son état…) avec une barre de cuivre pour reposer les pieds qui se détache et danse avec le plancher, ce dernier recouvert d’un linoléum imitation carrelage antique. De vilains ventilateurs à trois pales au plafond. L'habituel calendrier dont les pages, à cette époque de l'année, se recroquevillent. Un paravent de papier ciré cache la cuisine.


Sans beauté, disais-je, mais pas dénué d’une grâce naïve qui me détend toujours. Les chapeaux de paille brodés sur le mur, les tableaux bon marché en ronde-bosse, représentant des paysans ou des dragons entortillés sur eux-mêmes, des statuettes trop colorées de femmes à la silhouette gentiment incurvée sur le côté, et surtout un petit autel laqué de couleur prune entouré de bougies électriques avec des bâtons d’encens allumés et, chaque jour, quelques offrandes : un fruit, un gâteau… Comme je viens pour un take-out que je mange au bureau, je m’assieds pour attendre ma commande et le patron m’apporte en souriant une tasse de thé au jasmin blond, brûlant et parfumé. Et sa femme suit avec une surprise : ce qu’ils vont manger, eux.


C’est ainsi que j’ai goûté des choses dont jamais je n’ai pu identifier tous les ingrédients, mais qui ont ravi mon palais. De la viande dans une sorte de tapioca, sucrée et cuite pendant près de huit heures ; de la crème légèrement sucrée, de couleur étrange avec de gros grumeaux très agréables à écraser sous les dents ; des gâteaux chauds à la noix de coco ; de petits chaussons chauds remplis de purée de marrons ; des bonbons au Nouvel-An (le leur), de deux textures différents. Je découvre, abandonnant le besoin de savoir ce que c’est, comment ça s’appelle, est-ce un dessert ou pas… Parfois, le patron me demande avec fierté : how is that, huh ? Et il se rengorge à mon mmmh mmmh. Et oui, c’est excellent, et saupoudré d’une générosité joyeuse qui fait toute la différence. Les yeux suivant le va et vient du restaurant, ou se reposant sur l’autel où s’étiolent les offrandes du jour, je savoure et écoute la musique.


Et quelle musique !


Un pot-pourri où se bousculent Poupée de cire, poupée de son, Pour le plaisir et …. Cerisier rouge et pommier blanc !!! Partout ailleurs ça me ferait froncer la bouche, mais ici, ça ajoute au charme des lieux, à leur beauté différente. Car ce CD « français » ringard est la nostalgie du patron pour le monde perdu de son père, l’Indochine. Avec orgueil il m’a dit que son père avait travaillé pour Coca-Cola France, et parlait le français. Il est fier de cette ère jamais connue autrement que par les souvenirs paternels. Et l'amour qu'il porte à son père se chante en français. Lui, il parle l’anglais, qui sait au prix de quels hasards bouleversants. Mais il sourit avec un amusement réel quand il me dit merci ou bonjour. Des histoires de vies longues et émouvantes comme des romans-fleuves remplissent la petite Saigon de leurs auras, et seuls sans doute les divinités de l’autel les connaissent toutes.

 

Publié dans USA

Commenter cet article

fauvette 15/09/2009 14:23

Oups, pas évident pour ton repas de midi quand tu vas au bureau...Je ne connais pas la cuisine vietnamienne, jamais goûté. Je ne connais pas plus le chinois, la seule expérience que j'en ai eu, était un désastre. Mon frère était allé chez un traiteur près de chez lui nous chercher un repas chinois. Déjà, je n'aime pas le sucré-salé, puis tout était sans goût. J'ai mis du sel et du poivre pour faire passer, mon mari n'a presque rien mangé. Heureusement, ils étaient du même avis, avec la promesse d'aller une fois au resto afin de pouvoir déguster d'autres plats. Finalement, on ne l'a jamais fait !
Tu vois donc que je ne serais sûrement jamais rentrée dans ce resto dont tu parles, et j'aurais manqué l'occasion de rencontrer ces gens si simples et si charmants. Je les visualise facilement d'après ta description, tout comme le resto ! Je me délecte toujours de te lire ! Continue, c'est super !

Edmée De Xhavée 15/09/2009 23:57


Merci! J'y suis allée aujourd'hui encore et ils m'ont donné une sorte de chausson chaud rempli d'oignon et de lard... Je suppose que c'est plus français que vietnamien, mais je n'en avais jamais
mangé! Il y avait une belle grenade dans l'autel ..

Je n'aime pas la nourriture chinoise en général, souvent trop huileuse. La cuisine vietnamienne et thailandaise sont plus fines et légères, mais c'est vrai qu'il faut aimer les découvertes! Ma
belle-soeur est thailandaise, aussi je suis ravie quand elle cuisine !


Mimi du Sud 10/09/2009 11:12

Coucou,ma belle

En ce jeudi,tranquille et cool pour moi
Le soleil est revenu sur Toulon,aprés avoir eut une belle averse cette nuit.
Je te souhaite une bonne journée et je te dis à la semaine prochaine
Pour le taureau sur la photo,c'est bien Béziers,
ils étaient sur la route pour y aller.
Bisous à toi,
@_________Mimi

Un petit Belge 09/09/2009 18:20

Oui, c'est vrai que ton style ressemble à celui de René Henoumont (je n'y avais pas pensé) et à Colette Nys-Mazure. Ce sont des auteurs qui racontent avec beaucoup de poésie des petits moments du quotidien qu'on a parfois tendance à ne plus voir. Je suis content de t'avoir fait découvrir Colette Nys-Mazure qui m'a remercié, il y a quelques semaines, de l'avoir fait connaître via mon blog aux Etats-Unis... Après quelques moments de réflexion (quoi, mon blog serait devenu une référence outre-Atlantique?), j'ai compris que c'était notre Edmée nationale qui l'avait contactée! Merci de soutenir nos auteurs belges car ils en ont bien besoin. A part Amélie Nothomb et Eric-Emmanuel Schmitt, ils ont bien du mal à se faire une place parmi les stars de la littérature française et anglo-saxonne.

Edmée De Xhavée 10/09/2009 00:01


Oui, j'avais contacté cette dame dont tu me parlais tant, et dont j'avais appris à aimer la dignité et l'élégance de la pensée grâce à toi!


André PEETERS 09/09/2009 11:54

Bonjour Edmée,
Le hasard des conversations est parfois joint à d'étranges coïncidences.
Ainsi je vous parlais de René HENOUMONT, j'apprends par le biais du Soir.be, qu'il nous a quitté ce matin, victime d'une crise cardiaque à l'âge de 87 ans.
Bel âge tout de même.

Edmée De Xhavée 09/09/2009 12:36


C'est vrai que c'est un curieux hasard... Un gentil monsieur, bien discret, et bien poète! Une des mes amies l'avait interviewé ...

(Moi aussi je lis le Soir en ligne! Mais avec le décalage horaire, je n'ai encore rien lu!)


Philippe D 08/09/2009 21:21

Il y a des lieux où, sans trop savoir pourquoi, on se sent bien. Le resto dont tu nous parles doit être un de ceux-là. Bon appétit !

Edmée De Xhavée 09/09/2009 00:06


Je pense que c'est parce qu'il y a l'amour du quotidien, et pas seulement l'argent. Ils ne gagnent pas grand chose je suppose, mais ils sont contents et fiers. C'est de l'amour...