A la rentrée, mon troisième livre sortira...

Publié le par Edmée De Xhavée

lovebirds-finish.jpg

 


 

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.. Si Dieu le veut naturellement, et surtout mon éditeur (c'est peut-être la même chose, qui sait?)

 

Voici le début de la première nouvelle, intitulée "Lovebirds"... les tourtereaux.

 

  —  Tu ne penses pas que c’est trop décolleté ?


    Margot le regarde, le sourcil froncé. Mais il se rend compte qu’elle ne cherche vraiment pas son avis et qu’elle n’attend en fait que son habituel « mais non, tu es super avec ça ». La brosse à dents dans la bouche, le regard à nouveau fixé sur la fenêtre, il marmonne un « ais on, uper aec ça ! ». Son esprit est déjà dans les montagnes Ramapo qui se détachent sur un ciel de soleil couchant serein comme un lac rouge. Demain, enfin, demain il aura sa journée de hiking. Il se lèvera tôt, s’arrêtera dans un 7-Eleven pour acheter une bouteille d’eau et de quoi grignoter, puis s’enfoncera dans les bois, dans les chemins, sous les mouvantes frondaisons. Dans une confortable solitude. Il se couchera dans l’herbe, dormira,  écoutera, ou rêvassera, les yeux sur les nuages vagabonds. Oubliera tout ce qui n’est pas lui.


    Par la fenêtre les effluves et le crépitement du feu lui arrivent, ainsi que les voix de Chantal, MacKenna et Don. Il n’avait plus vu sa sœur Chantal depuis dix ans, MacKenna n’était encore qu’une enfant. Ils habitaient alors New York, dans un bel appartement dans Bleeker Street. De la grande fenêtre au treizième étage on voyait le pont de Manhattan, et en se penchant on devinait le début de celui de Brooklyn. Margot avait adoré son séjour New Yorkais, dans le « village » comme elle l’avait claironné à toutes leurs connaissances en rentrant. « Oui, nous étions chez ma belle-sœur, dans le villèdge ! On n’était qu’à deux pas de Tchaynatown, ou d’un simple trajet de métro on pouvait aller voir un miousicol à Broadway ! Et être chez l’habitant est tellement mieux pour visiter, on s’imprègne tout à fait de la découverte et de la culture ». Heureusement, elle s’était un peu lassée de parler de son séjour à Man-hattane, et leur petit cercle ne lui posait plus de questions sur le sujet.


    Après le 11 septembre 2001, Chantal et sa famille s’étaient déplacés vers le New Jersey, suivant un mouvement de panique contagieux. Don pouvait travailler depuis chez lui et ne se rendre à son bureau que deux à trois fois par mois. Ils avaient donc acheté une vieille maison victorienne à Mahwah à quarante minutes de route de Manhattan. Chantal avait retrouvé une place de dental hygienist – détartreuse de dents, comme le traduisait Margot avec mépris – à Ramsey, la ville voisine, et MacKenna adorait le Ramapo College de Mahwah.


    Il avait fallu tout ce temps pour convaincre Margot de revenir rendre visite. « Mahwah, Mahwah, personne ne connaît ce bled-là ! Il n’y a rien à voir là ! Tout le monde va bien rire à Bruxelles quand je leur dirai que je vais passer mes vacances à Mahwah ! Près de Ho-Ho-Kus, pour plus de précision… Ha ha ! On dirait le nom de l’Indien du dernier des Mohicans, c’était pas Mahwah ? » « Magwah ! » l’avait-il corrigée, très las. Il aurait aimé partir seul. Après tout Chantal était sa sœur à lui, et Margot aurait pu aller voir Ludovique, sa sœur à elle dans le Doubs. Non, dans un vieux château dans le Doubs ! Mais non, il fallait que tout le monde croie à un bonheur conjugal de fable, le couple des éternels tourtereaux qui ne veulent jamais se séparer, que c’est mignon ! C’est tellement rare et précieux, un mariage si réussi !


   Elle finit de s’habiller, bien trop élégante pour un barbecue avec les voisins et amis de Chantal et Don, avec une jolie robe courte de lainage gris au décolleté carré plutôt révélateur, et une paire de chaussures ouvertes en cuir rouge tressé. Sa poitrine toute neuve – implants d’eau saline, deux tailles de plus que sa poitrine d’origine – tend la peau au point qu’on dirait du plastique. La forme absolument ronde et presque immobile est une preuve de faux aussi flagrante que le lifting de Ludovique, qui à cinquante-sept ans se retrouve avec un menton pointu, un sourire de marionnette et un front imperturbable. Irrité à l’idée de l’effet que feront sa toilette inappropriée et ses arrogants implants, il s’ébouriffe les cheveux pour couvrir une légère calvitie. En bas d’autres voix se font entendre, enfants, adultes un peu tonitruants, l’aboiement d’un chien. Il inspecte son short beige, son T-shirt un peu large qui a l’avantage de cacher un petit excès de poids autour de la taille, vérifie dans le miroir le bord abîmé d’une canine mal orientée, et se sourit brièvement, satisfait. Demain, hiking dans les montagnes Ramapo !

 

___

 

Et voici une vidéo de... la fête de la chanson Wallonne! Je suis allée y interviewer Michèlle Bellefroid, chanteuse liégeoise à la voix très particulière et à l'humeur ... liégeoise: à la bonne franquette!

 

 

Publié dans Lovebirds

Commenter cet article

armelle 21/06/2012 11:05

Over-blog a déposé un commentaire sur Interligne me disant de ne pas m'inquiéter - contrairement à de nombreux anciens d'allociné - qu'il ne s'agirait finalement que de perfectionnements ponctuels.
Je l'espère bien.

Edmée De Xhavée 21/06/2012 21:15



Ouf! J'étais justement en train de chercher sur le net si on expliquait quelque chose! Merci de me rassurer, Armelle... Bonne soirée



armelle 15/06/2012 09:47

Bravo pour cette prochaine publication. J'attends toujours de mon côté des réponses pour la publication de mon quartorzième ouvrage, un roman. Et savez-vous que over-blog va sans doute nous
débarquer d'ici peu ? Je suis vraiment inquiète car, il parait que leur nouvelle version est complexe, très différente et que cela va être problématique pour ceux qui, comme moi, ne sont pas des as
de l'informatique. D'autant que les anciens d'Allocine, dont je suis, ont déjà vécu une galère il y a moins d'un an en passant d'une plateforme à l'autre : des heures et des heures de travail pour
la remise en page de chaque article, soit plus de 500 pour ma part. Tout était à reprendre : les photos, les caractères, et je me demande si j'aurai le courage de recommencer demain avec mes deux
blogs. Encore une perspective bien peu enthousiasmante. Et aller où ? Heureusement la plupart de mes articles sont sauvegardés par IDEOZ et ESPRITS LIBRES mais ce n'est pas la même chose.

Edmée De Xhavée 21/06/2012 10:09



Ouh là! Quelle mauvaise nouvelle... Je ne suis pas du tout un expert non plus... Moi je ne sauve rien ailleurs, ce sera donc une perte totale...


Bonne chance pour votre 14ème ouvrage splendide!!!!



Michel 14/06/2012 23:10

Je me réjouis de le lire !!!!!!


Bonsoir Edmée !!!!

Très grandes bises !!!!!

Edmée De Xhavée 15/06/2012 07:50



Merci! Grandes bises aussi...



micha 14/06/2012 22:03

baaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah on y sera viiiiiiiiite lol

Edmée De Xhavée 15/06/2012 07:45



Oui! C'est vrai....



gazou 13/06/2012 20:07

Belles voix et belle vitalité, merci pour la vidéo
quant à ton livre, c'est plein de promesses

Edmée De Xhavée 14/06/2012 09:00



Merci Gazou!