Au revoir, les petits

Publié le par Edmée De Xhavée

Parmi ce que je regretterai de ma vie ici, il y a la proximité de la vie libre de tous mes petits visiteurs des bois. Même si cela signifie que c’est moi qui ai ma maison sur leur terre, et pas le contraire. Je suis l’involontaire envahisseur et ils se sont habitués à l’aspect de l’humain, son odeur, sa voix … et ses restes. Ses générosités ou les barrières dont il cherche à protéger son jardin. Barrières de bois ou méphitiques, car j’avoue recouvrir mes hostas et verges d’or d’une couche malodorante destinée à écoeurer les biches qui autrement les aiment un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, et n’en laissent pas du tout.

 

Mais voir un faon maladroit dans la rue et l’intriguer par ma voix, le regarder qui me fixe, la truffe luisante comme un galet mouillé, les oreilles horizontales, et puis détaler en levant haut les pattes et la queue blanche dans un petit clop clop clop, quel heureux présage de bonne et belle journée ! Le voir, ce faon maladroit, à deux mètres pendant que j’arrose la pelouse, un peu hésitant mais m'écoutant lui parler alors qu’il bouge les oreilles en antennes, c’est un petit miracle sans prix…

 

Ou Arsène, le raton-laveur gras et paisible, assis sur la table de jardin dans la nuit tombante, ramassant les restes de graines laissées par Clara, ma bien-aimée Clara la dinde, qui me reconnaît et écoute mes louages avec attention. Que tu es belle, ma Clara ! Mais que tu es donc belle ! Oh je sais, il faut l’aveuglement de l’amour pour en arriver là mais voilà, je la trouve belle. Il m’a fallu 4 ans et la familiarité de Simone, Gastonne et puis Lola avant de voir la beauté de ces oiseaux des bois,  surtout leur plumage parfait, comme une armure de cuivre.

 

Teeshah-et-les-dindons72.jpg

 

Les lapins, tamias, les écureuils. Les geais au cri strident, les cardinals, le pivert méfiant, les tourterelles tristes, le joli merle américain. Charlotte la marmotte qui a sa galerie sous la maison et affole notre bonne Millie qui, en chien de chasse, se rue parfois le nez au sol et traverse le salon en zigzagant et chantant son chant du beagle à l’halali.

 

Charlotte-72.jpg                                                Charlotte

 

Bel-ecureuil72.jpg

 

On surprend aussi les opossums, les serpents. Un couple de buses – faucons à queue rouge – patrouille dans le ciel et a d’ailleurs bien failli s’en prendre à notre Zouzou qui en a été indigné. Trop d’arbres pour les beaux oiseaux, zut et zut, Zouzou s’est abrité sous un feuillage, la queue de la taille d’un boa, soufflant comme une locomotive. Il était moins cinq….

Publié dans USA

Commenter cet article

michaeline 30/07/2010 10:27


hélàs au - delà de la fougue et de la passion, existe toujours un jeu subtile de "je t'aime, moi, non, plus!"


Edmée De Xhavée 31/07/2010 14:25



J'ai toujours fui ça, quand c'était possible. Pas un beau jeu!



Louis 29/07/2010 11:19


Quand tu reviendras dans la mère patrie, tu y trouveras une autre faune...

Avec un peu de chance, il y aura un gouvernement !


Edmée De Xhavée 29/07/2010 23:46



Oui,et je pourrai donner des noms d'oiseaux de ci de là! Ciel, j'ai presque peur de rentrer dans cette volière...



michaeline 28/07/2010 15:24


salutations m'dame!


Edmée De Xhavée 29/07/2010 23:42



Tous mes hommages



Verdinha 28/07/2010 14:11


C'est un vrai jardin zoologique que tu as autour de chez toi !
Quel endroit charmant et quelles bêtes touchantes tu cottoyes ! J'aime aussi ces animaux "sauvages" qui font une petite pointe d'approche vers les humains. Comme tu as pu le voir sur mon dernier
billet, j'ai aussi pris du plaisir à parler et à donner des Tucs aux canards qui se trouvaient dans un des jardins de l'hôtel où j'ai passé quelques jours de vacances, à Palma de Majorque. Après
ils venaient me béquer les pieds pour en avoir encore !
Quand j'ai été à Buffalo, j'ai adoré voir des écureils qui s'approchaient de nous pour nous piquer notre nourriture !
Cela va te changer les grands espaces des EUA face à la petite ville de Verviers ! Mes parents ont des corbeaux qui tournent autour de la cage du lapin que ma soeur a installé dans le jardin de mes
parents mais ce ne sont pas
des animaux qui nous attendrissent beaucoup, n'est-ce pas ?
Bisous
Verdinha


Edmée De Xhavée 29/07/2010 23:45



Oui, je t'ai vue donnant des tucs aux canards, ils ont dû se régaler! Encore, encore! C'est si bon! Sais-tu que ça fait des années que je n'en ai plus mangé... tu viens de créer une envie!


 


Les corbeaux, au fond, je les aime aussi. Ils ne sont pas attendrissants, c'est vrai, mais très intelligents! Ma mère, petite à Thiervaux, les appelait et ils descendaient sur les branches basses
et répondaient.



jacques robert 28/07/2010 06:30


J'ai beau lire, je n'ai pas bien compris ton "au revoir" ... ou vas-tu ? j'espère que tu ne nous quittes pas !


Edmée De Xhavée 28/07/2010 12:26



Non non non, au contraire, je vais me rapprocher: je vaisi quitter les USA d'ici la fin de l'année ou le début 2010, et revenir en Belgique. Ce sera bonjour d'un côté, et au revoir de l'autre!