Automne, automne quand tu nous tiens ...

Publié le par Edmée De Xhavée

Qu’on se le dise : je n’aime pas l’automne. Ou c’est l’automne qui peut-être ne m’aime pas.


C’est si c’est beau pourtant, un automne.


Je le sais, je le vois, et même je le sens car c’est la saison la plus odorante qui soit : la terre qui se remue, les feuilles qui expirent et tombent au sol en libérant leur haleine un peu acide, les baies qui se racornissent sur les rameaux… les animaux des bois qui laissent flotter leur peur à notre passage – et pourtant, seul l’odorat nous dira qu’il y avait une biche ici, parce qu’elle aura fui, invisible et silencieuse. C’est somptueux. Ce début d’automne a toujours les dernières richesses de l’été : les tournesols et les géraniums supportent encore la température et le soleil des belles heures les caresse chaudement ; un va et vient de geais, tamias, écureuils gris, étourneaux fouille la pelouse, inspecte le compost, se préparant au long sommeil ou à l'exode vers le sud avec une urgente détermination.


Charlotte la marmotte ne sort presque plus. Les voisins ont décoré leurs seuils de grosses citrouilles – qui seront rapidement évidées par les écureuils, offrant le spectacle plutôt écoeurant d’une coulée de graines sortant d’un trou irrégulier et de plus en plus grand. De petits colons ou épouvantails de jute et tissus colorés, appuyés à des plants de maïs secs – qui seront le paradis des souris, eux ! – décorent les entrées, ainsi que de menus chrysanthèmes qui n’ont pas, hélas, la délicate forme orientale de ceux de chez nous. On les appelle Hardy mums, mum étant le résultat de la fâcheuse habitude des Américains de mutiler tous les noms : ici on dit chrisanthemums, donc… mums. C’est comme ce pauvre Tout-An-Kamon qui est devenu King Tut. On dirait le nom d’un rapper…


Mais pour en revenir à l’automne, oui … une saison qui se déploie sur air d’opéra, aux couleurs flamboyantes, aux arômes profonds. Ces jours-ci, en son ouverture, la sève ralentit son cours, effritant le sommet des arbres et saupoudrant de leur mort spectaculaire le sol encore si verdoyant. Les eaux se refroidissent, la fraîcheur rougit les pommes. C’est le moment des gratins, des potées, du vin chaud, des tartes aux pommes, noix de pacanes, potiron,  … et pourtant, non, je n’aime pas l’automne. C’est une sensation incertaine, comme si on aimait follement quelqu’un avec qui on ne s’entend pas. J’attends déjà le printemps et le réveil, même si rien ne dort vraiment encore… Ingrate …


Une petite joie cependant, toujours un peu liée à la nature d’une certaine manière : j’ai reçu ici mes exemplaires du livret édité aux éditions Chouette province avec les textes retenus pour le concours d’écriture qu’organisent chaque année la fondation Pierre Nothomb et l’académie royale luxembourgeoise. Le thème en était une lettre qui devait obligatoirement commencer par ces mots : Sous le feuillage de mes chênes, je vous écris

 



Parmi les lauréats, Chantal Adam, autre auteure chez Chloé des Lys, dont la lettre révèle une histoire avec un clair-obscur riche et passionné comme seule Chantal sait les concevoir, et on se demande avec émotion quelle en sera la réponse ! Le premier prix – en ex-aequo – est allé à deux Dominique : Dominique Brynaert (Belgique) et Dominique Chappey (France). Dominique Brynaert ne vous est certainement pas inconnu – journaliste à la télévision, comédien, photographe … - et est aussi une connaissance via Chloé des lys puisque son épouse n’est autre que Dominique (encore !) Leruth. Il y a deux ans, lors d’une soirée cabaret extrêmement pétillante organisée par notre ami Bob Boutique (encore un auteur de l’écurie Chloé des lys), il m’a soumise à une petite interview non-télévisée. Je vous invite d'ailleurs à lire la sienne, toute chaude encore de la presse!


Sa lettre est … une excellente chinoiserie que je vous recommande. Mais elles sont toutes, ces lettres, remarquables, comme le dit la couverture du livre !

 

 

 

 

 

 

Publié dans C'est tout moi - ça

Commenter cet article

mamie Sido 22/11/2009 18:10


Un superbe tableau de l'automne avec ses odeurs de tartes et ses couleurs de flammes !!!


Edmée De Xhavée 22/11/2009 22:27


Et sa nostalgie, hein ... :-)


Kate 07/11/2009 17:21


Le com auquel je faisais allusion se trouve chez "l'autre" (Patricia);)


Edmée De Xhavée 07/11/2009 21:31


Mais c'est que tu es déterminée quand tu t'y mets...


Kate 06/11/2009 20:38


Tiens, je voulais relire mon p'tit message qui te félicitait d'avoir été lauréate d'un joli concours littéraire.. Impossible de le retrouver... Mais où est-il ??? Dans les méandres du net ? Ah !
Sur l'autre billet de l'autre prix "Canicule" ;-)
J'espère que ta cheminée tient le coup... tous ces trophées... Bravo !


Edmée De Xhavée 07/11/2009 00:05


Je ne le trouve pas non plus... Peut-être était-ce sur le forum CDL? Comme l'alcool y coule à flot, ainsi que le vin de messe, on oublie beaucoup de choses...


Mimi du Sud 22/10/2009 10:03


Voila,je me remet doucement sur mon clavier,
cela me manquait trop mon blog et mes amis.
pas trop d'efforts encore à faire :-)
et surtout pour la cheville,mais cela peut aller.
J'aime pas rester inactive lol !!
je te remercie de ta visite sur mon blog pendant mon absence;
Je te souhaite un bon et agréable
jeudi,Edmée,
bisous ensoleillés aujourd'hui de
Mimi.


Edmée De Xhavée 23/10/2009 12:54


Vas y mollo, comme on dit, et fais-toi dorlotter, c'est excellent pour le moral!


Philippe D 21/10/2009 21:19


Je ne sais plus trop ce que je fais en ce moment. Je sais que je t'ai parlé de ta nouvelle dans "Canicule" mais de ta lettre, t'en ai-je parlé? J'ai trouvé ça très beau, très bien écrit, une
histoire inattendue. Tu as de multiples cordes à ton arc.
Merci pour ce cadeau (ça je crois te l'avoir dit dans un mail).


Edmée De Xhavée 21/10/2009 23:48


Oui, tu m'avais remerciée mais avais gardé tes impressions pour toi . Mais je n'attendais pas en trépignant, tu sais! Je
suis quand même contente que tu ais aimé, je l'aime aussi je dois dire, je veux dire que j'aime l'histoire. Mon style, je ne le juge pas, je ne saurais pas ...