C'est sans doute vrai quand même...

Publié le par Edmée De Xhavée

667px-Friedrich_Overbeck_008.jpgCe petit message va et vient en ce moment sur internet. Il rebondit partout et nous revient… « Une conférence du patron du département Psychiatrie à Stanford traitait du rapport entre le corps et l’esprit, du lien entre le stress et la maladie. L’orateur a, entre autre, affirmé que l’une des meilleures choses que l’homme puisse faire pour sa santé est d’avoir une épouse alors que pour la femme, la meilleure des choses à faire pour être en bonne santé est d’entretenir ses relations avec ses amies. »



Comme toutes les affirmations de ce type, où on ne mentionne ni le nom de « l’orateur », ni la date de la conférence, ni rien de vraiment sérieux, il faut… se méfier. Les apprentis psys et gourous s’en donnent à cœur joie grâce à l’anonymat du net. Une importance et des suiveurs aisément gagnés.


Ceci dit… c’est si vrai malgré tout !


En relisant de vieilles lettres de tantes ou grands-mères par exemple, je remarque qu'on soulignait, parmi les charmes d’une jeune fille, le fait qu’elle avait beaucoup d’amies. Ne pas en avoir était mauvais signe : esprit renfermé, mentalité immuable, personnalité qui ne se développerait pas au fil des années. Ne resteraient que le vieillissement et les enfants mis au monde, élevés avec savoir-faire mais sans élan, et un mari dont on prendrait soin selon le manuel mais qui se sentirait inexplicablement seul – et irait « se consoler ailleurs » ce qui ajouterait une couronne d’épines lumineuse dans la chevelure de la Mademoiselle Maussade qui n’avait pas d’amies.


C’est vrai qu’un homme qui perd l’écoute et le regard complices d’une épouse est, tout simplement, « quitté » en secret. Ce sont les rires et la possibilité de parler de ce qui l’encombre qui le feront se sentir part d’un nous où il a sa place. Il doit être important pour sa femme comme il le fut pour ses parents. Il peut alors grandir et donner, se sentir entier. On ne transmet pas que des enfants de chair au monde, on transmet aussi ce qu'on leur a donné d'intime, et c'est à deux que ça se diffuse.


Pierre-Auguste-Renoir-Yvonne-et-Christine-Lerolle-au-oiano-.jpgTandis que la femme, elle, elle a ses amies. Oh, les amies ne sont pas immunes de défauts, et bien souvent il en faut plusieurs – justement – pour nous accompagner sous toutes nos facettes. Chacun de leurs points forts et faibles trouve écho dans nos points faibles et forts. Les amies consolent, soutiennent, encouragent, remettent en selle, font rire, aident à pleurer, soulignent le ridicule des situations, distraient, comprennent, partagent leurs expériences, relativisent. Nous mettent parfois en colère pour savoir nous faire une critique un peu trop percutante. Déminent les relations piégées. Imposent la dignité.


J’ai passé récemment quatre jours « entre amies ». Eh bien on avait beau dire que « ce soir il faut être raisonnables, on ira au lit tôt » on n’y est pas vraiment arrivées. On a ri à se muscler l’abdomen d’une façon qu’une salle de fitness nous envierait. Bécassine aurait été jalouse de nos joues rouges. Freud aurait été frustré tant nous avons abandonné de soucis sur la table de cuisine ou du jardin, en mangeant des cuberdons…

 

005.JPG

Publié dans C'est tout moi - ça

Commenter cet article

gazou 08/08/2012 09:46

Oh ! comme tu les racontes bien ses soirées entre amies !

Edmée De Xhavée 08/08/2012 18:00



Ca nous remet sur les rails, pas vrai?



Un petit Belge 20/07/2012 20:09

Ton article et ta citation sont très justes. Je te conseille d'emprunter le DVD "Les hommes viennent de Mars et les femmes de Vénus". Un spectacle très drôle et très éclairant sur les rapports
hommes-femmes. Je te souhaite une bonne fête nationale et un bon week-end. A bientôt.

Edmée De Xhavée 21/07/2012 09:20



Toi aussi cher Petit Belge, une bonne fête nationale... et... on dirait qu'on n'aura pas la drache nationale, dis-donc!



pierrot 20/07/2012 11:43

OOOOOOOH ZUT A MA CHEVILLE QU'ELLE SE REPOSE NA

Edmée De Xhavée 21/07/2012 09:18







Philippe D 19/07/2012 21:12

Une soirée entre amis passée à papoter, à rire et à grignoter des cuberdons, je veux bien, moi!

Edmée De Xhavée 21/07/2012 09:18



On pourrait faire des cuberdons parties!



pierrot 18/07/2012 10:48

accord à du deux-cent km par heure pour perdre les calories
.....oui quand ma cheville etc...........grrrrrrrrrrrrr

Edmée De Xhavée 18/07/2012 18:58



Mais c'est effrayant, Pierrot, ce que votre gourmandise vous coûte... ainsi qu'à votre cheville :-)