C.I.A sur l'Hudson ...

Publié le par Edmée De Xhavée

CIA.jpg

 

L’Hudson est en bas, paresseusement lové entre ses deux rives. Bleu et silencieux. L’air frôle avec langueur les pentes herbues et les ajoncs, les opulentes ramures aux verts infinis : clairs, rougeâtres, dorés, veinés. Ceux où tremblent des reflets d’argent ou d’or. La vue vous pénètre comme un parfum de quiétude. Terre des Indiens des bois, riche de gibier, poissons, refuges.

 

Elle impressionna si bien les Jésuites qu’en 1903 ils y bâtirent un noviciat pour y accueillir 118 Jésuites venus du Maryland, et ceux qui suivraient. St-Andrew-on-Hudson. Alors, leur propriété s’étendait sur 704 acres situés de part et d’autre de la route 9 à Hyde Park (Poughkeepsie). 704 acres de majestueuse nature, de silence, de foi. C’est là que, le jour de Pâques 1955, Teilhard de Chardin entra dans son grand repos. Car il ne s’est certainement pas éteint.

 

Couvent-Jesuite.jpg

 

En 1970 le noviciat fut vendu pour un million de dollars à la C.I.A. Non, pas celle qui infeste tant de films à gros budgets et scenarii fragiles, mais une autre qui alimente avec panache le commun des mortels. Car il s’agit du Culinary Institute of America ! Une école de cuisine installée dans l’austère noviciat de pierre. Et croyez-le ou non, dans le pays des plateaux TV et du MacDo, on sait pourtant cuisiner. Je le proclame et en témoigne.

 

L’école possède 5 restaurants : American Bounty, Apple Pie Bakery Café, Caterina de’ Medici, Escoffier et St-Andrew’s Café. Le seul de ces lieux de délice où on peut finir par s’asseoir même si on n’a pas réservé est l’Apple Pie Bakery Café. Un peu d’attente, pendant  laquelle hélàs on prend les pires résolutions qui soient : acheter des chocolats pour untel, commander des macarons pour le dessert, rapporter un de ces pains fabuleux dont la croûte joue les Lorelei. Dans une partie du bâtiment qui fut autrefois habité de pensées studieuses et pieuses, avec vue sur le cloître où chante une fontaine, de simples mets comme une quiche, un hamburger ou un Reuben sandwich vousBistro imposent cette savoureuse constatation : c’est délicieux. Ça goûte autre chose que le graillon carbonisé, la frite molle et le pain pré-mâché. Et la salade abonde, fraîche comme le chant du coq. Les macarons valent – pardon-pardon-pardon – ceux de Philippe Darcis, qu’il m’absolve pour l’avoir dit.

 

Le passage de l’austérité originelle des lieux à leur nouvelle destination s’est fait avec respect. Les splendides boiseries sombres et la brique sont préservées mais animées d’un éclairage amoureux diffusé par de jolies lampes à la gaieté contenue. Une longue fenêtre laisse voir les cuisines, avec des grappes de casseroles de cuivre et une propreté d’image.

 

Cuisine.jpg

 

Couloir-72.jpg

 

 

Wine.jpg

 


Et pour ceux qui, après s’être nourri le corps avec faste, ne veulent pas partir sans se souvenir que ce lieu garde aussi l’accès à une nourriture plus subtile et éternelle, on peut demander la clé et aller voir le cimetière jésuite : là se repose Petrus Teilhard de Chardin, à l’ombre d’une pivoine qui lui rappelle sans doute la Chine.  

 

Teilhard-de-Chardin-72.jpg

Publié dans USA

Commenter cet article

Electron libre 26/09/2010 11:40


Kikou Edmée, ben ne me dis pas que les jésuites mangeait du pain "pré-mâché" quand même, l'étais si dur que ça ???
Dans tous les cas, je préfère cette CIA à l'autre lol.
Tu m'en apprend comme bien souvent encore, une école qui possède des restaurants, c'est pas ici que l'on verrais de telles choses lol.
N'empêche c'est l'idéal pour des élèves qui veulent faire montre de leur savoir faire.
Mais je suis perplexe, les "cartes" sont-elles semblables aux nôtres ??? je ne crois pas hein, nous devrions pouvoir faire de somptueuses découvertes en les lisant.
Et surtout de nouvelles saveurs gustatives.
Passez tous deux un bon dimanche, bisous.


Edmée De Xhavée 26/09/2010 16:43



Noooon! Le pain pré-mâché est le pain habituel ici: tout mou, une atrocité pour moi qui ai toujours mangé mes croûtes pour grandir! J'aime le pain qui croustille et a une belle mie légère. Ici
tes dents s'enfoncent dans une éponge et tu finis avec du mastic plein la bouche


 


Les cartes, eh bien il y a pas mal de sandwiches, mais ils sont très variés et épais, tu te souviens de ceux de Dagobert dans la Meuse (avec sa femme Blondie...)? C'est souvent de
l'étouffe-chrétien, mauvais jambon, mauvais pain, mauvais fromage, salade iceberg qui ne goûte rien (au moins, c'est pas mauvais, tiens ) et une tomate anénique. Ici, tout était frais, savoureux, toujours trop épais pour ma petite bouche qui n'aime pas "gletter",
mais franchement exquis.


 


Sinon, les cartes, eh bien oui, c'est différent, mais il y a moyen de très bien manger si on va dans un restaurant et pas un fast food ou un diner...


 


Bonne fin de dimanche à tous et bisous!



Pivoine 22/09/2010 21:25


Bonsoir Edmée!
J'adore les propos de table gourmands...
Et je ne connaissais pas le Reuben sandwich ! Pourtant, j'ai lu quelques livres sur la cuisine américaine. A première vue, cela me faire dire beuhh ! Je me demande ce que cela donne comme résultat
à la dégustation !


Edmée De Xhavée 22/09/2010 23:47



La cuisine américaine est pire qu'un film d'horreur . Mais la nouvelle cuisine, quand on sait choisir un restaurant
avec un bon chef, n'a rien à envier à ce qu'on fait chez nous. Les livres de cuisine, ciel, on attrape des boutons rien qu'en lisant les ingrédients, non?



fauvette 20/09/2010 11:40


On sent un peu de nostalgie, non ? C'est quand même un des bons côtés des USA...je suis sûre que beaucoup de gens cuisinent, et bien, contrairement à ce qu'on nous fait croire.
Es-tu sûre de vouloir revenir parmi nous ? Peut-être que ce ne sera pas en Belgique finalement...quand on voit le désastre à la tête du pays...
Allez, je file...
Gros gros bisous !


Edmée De Xhavée 21/09/2010 13:28



Je ne suis pas vraiment nostalgique mais je tiens à faire provende de belles choses avant de partir. Je ne songerais pour rien au monde à rester: c'est un monde de solitude, ici!



philou 19/09/2010 17:52


bonjour à toi
un peu absent pour cause de vacances, mais quelle surprise en voyant le titre: voilà qu'Edmée s'intéressait à l'espionnage, tu m'as bien vite détrompé avec régal pour le palais en supplément
:-)
du soleil plein la tête et les yeux en revenant de Sardaigne, mais bien triste météo froide et humide pour m'accueillir :-/
bonne fin de journée
biz de l'Irlandais


Edmée De Xhavée 21/09/2010 13:21



L'espionnage, non, mais celui des cuisines, pourquoi pas?


Sardaigne, c'est splendide, Castelsardo, il y a longtemps ... bien beau coin!


Désolée pour la météo tristounette!



Paloma la minette 19/09/2010 10:56


Bonjour Edmée,

Merci de ta visite qui m'a fait grand plaisir. Je découvre ton blog avec beaucoup d'intérêt. Quelle bonne idée d'ouvrir en grand, accessibles à tous, ces livrets-reportages si bien écrits! La
reconversion de ce bâtiment jésuite en est un excellent exemple.


Edmée De Xhavée 20/09/2010 13:44



Merci d'être venue te promener chez moi, alors, Paloma la minette!