De Maastricht à Montclair, New Jersey

Publié le par Edmée De Xhavée

En 1644 la ville de Maastricht vit la naissance d’un bambin que nous avons toutes les raisons de supposer sain et dodu, Isaac Van Vleck. Le même Isaac devait pourtant mourir bien loin de chez lui : c’est à New York qu’il s’est éteint en 1695.

 

En 1872, son descendant Joseph Van Vleck acheta de la bonne terre et des vergers à Montclair, dans le New Jersey. Montclair, c’est sur une chaîne de sept collines boisées, traversé par la rivière Watsessing, et depuis les hauteurs on voit se profiler les gratte-ciels new yorkais. C’est que la famille habitait depuis toujours à New York, où Joseph était architecte, mais on venait d’inaugurer une ligne de chemin de fer, la Greenwood Lake Rail Line, qui enfin rendait le voyage aisé entre New York et la belle région des collines alors encore très verdoyante. Il décida de construire, sur ce terrain champêtre, une maison de style Tudor, se limitant aux strictes nécessités. Mais sa vision des strictes nécessités était bel et bien new yorkaise, car sa demeure était une des plus majestueuses de Montclair. Il faut dire qu’avec son épouse Amanda et dix enfants, plus la domesticité… il avait bien fait de voir en grand.

 

Et en 1917, il confia à son fils, Joseph Van Vleck Jr, la construction d’une nouvelle maison à un jet de pierre de la première, plus moderne et lumineuse. Joseph Jr était, lui aussi, architecte. Et il dessina une extraordinaire villa aux lignes méditerranéennes influencées de l’Art nouveau, à la fois imposante et légère, aérée par de hautes fenêtres et portes-fenêtres, avec un portique à colonnes du côté jardin, des balcons tournés vers le feuillage et les azalées et rhododendrons, qui étaient depuis toujours une passion familiale. Tout est beau dans ce lieu d’équilibre, même les gouttières…

 

V Vleck 04 10-morning72

 

V Vleck detail gouttière72 

C’est son fils Howard qui habita en dernier la fabuleuse demeure. Il avait hérité du plaisir des fleurs et plantes, au point qu’il créa un rhododendron à fleurs jaunes pales, dont quelques exemplaires subsistent encore dans le jardin. Et en 1939, il ajouta la dernière touche féérique à ce lieu déjà enchanteur : au pied des colonnes du portique il planta une glycine chinoise qui les enlace dans une luxurieuse étreinte. Fin avril elle pare avec faste façade arrière et balcons de ses éphémères pendeloques sucrées, s’alanguissant aux fenêtres du patio dans un délicieux bâillement bleuté.

 

V Velck wisteria 04 10 morning72

 

V Vleck wisteria gros plan72

V Vleck patio72

                                        La glycine a donné ses couleurs, et fait place au feuillage

 

V Vleck balcony72

 

Howard a cédé le domaine à la ville, et toute l’année on peut se promener dans les jardins, qui rencontrent leur plus grand succès en avril et mai à cause de la somptueuse floraison des azalées et de la glycine, puis des rhododendrons. On y organise aussi des ventes de plantes provenant de la collection, ou des soirées de bienfaisances. Les jardiniers sourient avec une fierté paternelle lorsqu’on photographie les pétales et feuillages qu’ils protègent si bien, et on peut apercevoir les marmottes dans les pelouses, savourant la douceur d’une herbe de gourmets.

 

V Vleck may 201072

 

V Vleck garden72

 


Van Vleck


Publié dans USA

Commenter cet article

viedartiste-florencecarcelle.over-blog.com 07/06/2010 09:49


C’est une véritable merveille cette propriété ! Merci Edmée de nous décrire son histoire et de nous la montrer !
Bonne journée à toi !
Florence


Edmée De Xhavée 07/06/2010 12:39



Une belle promenade, pas vrai?



carine-Laure Desguin 04/06/2010 20:00


Edmée, tu dis deux fois dans tes réponses aux commentaires que tu passes devant cette magnifique demeure ...mais tu ne dis pas que tu repasses par là ? Y'en a une beaucoup plus belle à deux
encablures de là ? Je dis ça pour te taquiner, bien sûr ...Je regarde la glycine et ça me fait penser que dans la maison que mes parents viennent de vendre, il y avait une glycine fidèle et plus
belle d'années en années ...C'est vrai que de parcourir de telles allées, on ne peut qu'avoir de belles pensées et c'est ça qui est important dans la vie, n'est-ce pas, Edmée ? Avoir de belles
pensées et savoir les distribuer ...Merci pour ce petit détour et si par hasrd tu reviens par un autre chemin, dis-le nous, on adore ça tu vois bien ! Merci, Edmée ! Carine-LAure Desguin


Edmée De Xhavée 04/06/2010 23:27



En fait, si je m'égare dans la rue parallèle, j'arrive ailleurs, un ailleurs dont je parlerai bientôt... le paradis des iris de grand lignage!



michaeline 04/06/2010 00:15


helloooooooooooooooooo


Edmée De Xhavée 04/06/2010 23:27



Loooooo-hééé



Philippe D 03/06/2010 21:13


Voilà un lieu féerique que je ne visiterai sans doute jamais.Belle demeure et beau parc. J'adore ce genre d'endroit.
Tu vas t'y balader parfois?


Edmée De Xhavée 04/06/2010 00:13



C'est vrai que c'est un peu loin pour toi, mais au moins tu en as vu un petit peu! Je passe devant tous les jours, mais il est surtout magnigique en ce moment puisque la plupart des fleurs sont
des azalées et des rhododendrons.



Mimi du Sud 03/06/2010 14:57


Kikou Edmée,

Avec les beaux jours qui vont arriver,je vais
bien profiter de mon Nikon :-) surtout qu'il
fait de magnifiques photos.
Je te souhaite une bonne et agréable journée,
et oui nous sommes déja jeudi :-) gros bisous
à toi ma belle.
Mimi.


Edmée De Xhavée 04/06/2010 00:12



Clic clic clic! Tu seras pire que les Japonais