L'arc-en-ciel sur la colline

Publié le par Edmée De Xhavée

Banc-d-iris---photographes.jpgC’est ainsi que l’on surnomme ce lieu dont la splendeur n’apparaît que pendant deux ou trois courtes semaines. Et pourtant, c’est toute l’année que l’on guette le retour de l’arc-en-ciel.

 

Des iris, des iris, un foisonnement d’iris sur la colline au pied des arbres touffus, au bord d’une route jalonnée de grandes villas entourées de pelouses aux teintes d’Irlande même au cœur de l’été. Le Presby Memorial Iris Garden, du nom d’un horticulteur passionné – imaginez donc la douceur d’un homme dont la passion n’est pas le football mais les iris ! -, Frank H. Presby qui avait fondé l’American Iris Society.

 

A Montclair, on ne manque le rendez-vous pour rien au monde. Armés d’appareils photos, de vidéo caméras, de pinceaux et crayons on s’attarde entre les massifs ravissants, on se penche sur les fleurs avec un petit ah ! suspendu dans la gorge, l’émotion frôlant l’extase. De ces brèves mais parfaites floraisons, on ne perd rien. On sait qu’on assiste à quelque chose d’unique et précieux, on se gorge la vue de cette symphonie en tons pastels ou denses, parfois même audacieux.

 

26 massifs se partagent la grâce d’iris barbus, grands ou « antiques », d’iris japonais, sibériens ou de Louisiane, d’iris miniatures, d’iris aquatiques : 10.000 plantes et 3.000 variétés. Les bulbes sont répertoriés, leur généalogie tenue aussi scrupuleusement que celles dont se chargent les Saints des derniers jours. Et on peut vous dire que l’ancêtre de telle plante fut ramenée il y a cent ans de tel jardin européen, ou offerte par tel souverain lointain ou encore sauvée de la destruction par tel horticulteur patient dans une petite serre de Pologne.

 

Banc-d-iris-et-banc.jpg

 

 

Banc-d-iris-Presby.jpg

 

 

Iris-lie-de-vin-Presby.jpg

 

Il y a  cinq ans, ce lieu de beauté fit les frais de l’ennui des petites villes américaines : deux jeunes imbéciles fils à papa désoeuvrés se sont « amusés » à arracher toutes les plantes. L’émotion fut vive, l’indignation appelait à la peine exemplaire. Les deux sots ont vite été identifiés, et en tout cas l’un d’eux a eu, comme châtiment, de remettre les bulbes, d’aider à les re-classifier, de travailler dans le jardin et d’en effacer la trace de son absurde bravade. Les dégâts ont été graves et certaines pertes irremplaçables. La leçon a servi, puisque le coupable a même écrit une lettre ouverte à la ville dans le journal, ayant enfin compris tout l’amour qu’il avait mis à mal.

 

Iris-creme-et-lie-de-vin-gros-plan.jpg

 

 

Iris-violet.jpg

 

Iris-mauves-tachete-Presby.jpg

 

Iris-mauvesd-Presby.jpg

Publié dans USA

Commenter cet article

armelle 10/05/2012 09:39

Que ce jardin est gracieux et bien inspirés ceux et celles qui créent ces paradis floraux qui nous rappellent combien le monde est beau.Au cas où les soubresauts de l'actualité, les images de
guerre, de famine, de terrorisme nous le feraient oublier.

Edmée De Xhavée 10/05/2012 21:32



Oui, c'est si vrai! Il y a d'humbles beautés qui laissent une idée de majesté dans la vie et rendent les "soubresauts" bien dérisoires!



Michel 08/07/2010 00:50


Bonsoir Edmée !!!!!

En attendant de repasser, je viens te souhaiter une bonne soirée et te dire à très bientôt !!!!!

Très grandes bises !!!


Edmée De Xhavée 08/07/2010 23:40



A bientôt!!!



fauvette 06/07/2010 07:49


Tu as eu bien raison de mettre à l'honneur cet arc-en-ciel sur la colline ! Ce parc est magnifique ! Dommage que ces fleurs soient si péhémères, même si ça ajoute à leur charme, il faut savoir en
profiter pleinement au bon moment.
Malheureusement, de plus en plus de jeunes sont à la dérive et commettent des faits complètement absurdes et irréfléchis ! De plus, chez nous, ils ne sont pratiquement pas punis, pas d'exemple pour
éviter aux autres de faire de même. Ce serait presque un encouragement parfois !
Mais restons plutôt sur la beauté, la délicatesse et le raffinement de ces jolies fleurs !
Je pars comme je suis venue, tout doucement sur la pointe des pieds pour ne pas te réveiller...non sans te faire un bisou silencieux.
A bientôt !


Edmée De Xhavée 06/07/2010 12:32



Merci de ton bisou silencieux , je me demandais ce qui me chatouillait la joue dans mon sommeil!


 


Oui, il y a un mal de vivre chez les parents qui descend sur l'enfance de leur progéniture. C'est dommage! Masi ici, en plus, il y a peu pour les jeunes à part le sport à gogo!



daniel 05/07/2010 01:00


Oh mais je ne les arrache pas, les pissenlits, je les peins... Ce qui est une douce façon de les arracher malgré tout ....


Edmée De Xhavée 05/07/2010 15:15



Beaux modèles!



daniel 04/07/2010 19:48


Là, c'est le paradis des fleurs j'en suis certain. Elles y poussent, s'y endorment et font voler leurs rêves au-dessus des jardiniers. Elles s'y sentent tellement bien que je comprends qu'il ne
pousse que des pissenlits dans mon jardinet. Enfin, il faut que je m'y fasse. Un grand bonjour à cette armée en marche, couleurs haut portées !


Edmée De Xhavée 04/07/2010 23:43



Mais les pissenlits font une salade délicieuse et des capres tout à fait convenables :) Ils rendent les lapins heureux, et sont jolis... D'accord, on n'en veut pas, je sais, moi aussi je les
arrache.


 


Mais ils reviennent, fidèles!