L'armoire à linge

Publié le par Edmée De Xhavée

Vieillir est une aventure. On l’entreprend avec armes et bagages, un balluchon de bonnes résolutions sur l’épaule. Je ne me laisserai pas aller. Je ferai tout pour garder mon indépendance. Je sauverai du temps pour moi. Je ne me consolerai pas de la solitude en mangeant trop de chocolat ou buvant un cognac tous les soirs. Je serai une vieille personne exemplaire dont on affirmera entrevoir encore les charmes passés, et dont on aimera la manière sereine d’accepter les ans, leurs ravages et avantages.

 

Bien des gens arrivent à la vieillesse par le flot tranquille qui a fait naviguer la barque de leur vie. Ils plaisantent un peu de ce qu’ils ne savent ou ne peuvent plus faire, de leurs traits dont les lignes s’évadent de plus en plus. Ils rient quand ils se surprennent à radoter, et embrassent les mille et une tâches dont les chargent leur progéniture parce que, c’est bien connu, ils n’ont plus rien à faire, eux.

 

En même temps, quelle étrange choses que de savoir que l’on nous voit « vieux ». Hors d’atteinte de ce qui anime le monde des jeunes – ces vieux de demain. Mais bon sang, il y a trente ans, nous étions jeunes, nous avions la peau bien tendue, le pas rapide, l’amour tambourinait dans nos cœurs. Trente ans, c’est un battement de cils, et nous nous en souvenons très bien. C’était hier.

 

Avant-hier j’étais une petite fille qui appelait sa maman « mammy rose »  et voulait être une princesse indienne. Hier, j’étais envahie par l’amour et m’en emplissais la mémoire. Aujourd’hui c’est la même âme qui rit aux larmes en imaginant l’un ou l’autre mauvais coup à faire. Mais extérieurement, l’emballage a changé. Il est chiffonné. Je sais que c’est la première chose que l’on voit désormais. Oh … elle est vieille. D’autant que ma voix trompe, mieux qu’un éléphant. Un vrai chant de sirène, ma voix, qui fait croire à une délicieuse jeunesse. Oui, l’emballage est fatigué, déchiré, et le ruban n’a plus de frisettes. Alors qu’à l’intérieur, pas un faux pli, tout est propre, sent la lavande et le bien repassé. C’était, à vrai dire, plus froissé il y a trente ans. Il y avait un joyeux désordre et une désorganisation pas très bonne ménagère.

 

Alors peut-être que vieillir c’est un peu ça : on fait du rangement interne, et on a le sentiment du travail bien fait, de la fraîcheur enivrante d’une lessive que l’on a tapée sur le battoir, frottée avec le bloc de savon jusqu’à en avoir les avant-bras rouges, rincée en chantant dans l’eau vive, tordue en riant, et puis mise à plat dans la prairie pour que le soleil s’y vautre et que la chlorophylle s’y prélasse. Et puis repassée dans le joyeux pssssh de l’humidité qui s’envole sous la semelle du fer, libérant cette extraordinaire odeur blanche. Et voilà. La couleur de l’armoire à linge est écaillée, une poignée de porte a du jeu et il faut bien l’épousseter pour qu’elle ressemble encore à quelque chose. Mais ah ! la vue de cette pile de linge, et son parfum …C’est la vie qui respire.

 

Chapiat-72-2.jpg

Publié dans C'est tout moi - ça

Commenter cet article

Electron libre 10/09/2010 10:51


Bonjour Edmée,
Comme j'avais du retard sur tes posts, je suis revenu à celui-ci, et quel bonheur de te lire, quelle joie de savoir que nous ne sommes pas seul dans ce cas.
Bien sûr comme toi nous sommes arriver à ce stade de la vie, bien sûr nos enfants pensent que nous "disponible" car vieux, bien sûr nous ne nous reconnaissons plus dans ce miroir qui pourtant
reflétait il y a peu lisse de la jeunesse que l'on croyait alors éternelle.
La vie je l'ai croquée à pleine dent et ne regrette pour ainsi dire rien de mon bref passage sur cette terre.
J'ai donné de l'amour infini à mes enfants, la "reconnaissance" viendras sûrement plus tard, au moment ou la compréhension des choses vient avec l'âge que l'on dit avancé.
Et de toute façon, je ne demande pas de la reconnaissance, ce n'est qu'une façon de parler bien entendu.
Ce que j'ai donné, ce que nous avons donné mon épouse et moi-même, c'était gratuit, c'était normal, non c'était tout à fait normal.
Un enfant ne demande pas à venir au monde, c'est nous qui le voulons, c'est à nous de le guider pas à pas.
Je te reconnais bien là, dans ta "magie" de l'écriture (ah, si j'avais cette magie, que de choses je pourrais transmettre).
La voix, tu dis que ta voix n'est pas en rapport avec toi-même, tu te trompe sûrement et ce même si je n'ai pas eu le plaisir de l'entendre.
La voix est comme les yeux, le reflet de l'âme.
Tout comme d'ailleurs la manière de s'exprimer par écrit, ce qui ma fait dire que Florence (tu connais bien sûr) est une dame qui mérite toute notre amitié, je parle d'elle car elle aussi un moment
s'est arrêtée sur le physique.
Passez tous deux une bonne journée, bisous.


Edmée De Xhavée 10/09/2010 12:46



Cher Alain, je suis toujours heureuse de lire la richesse de tes pensées. Et les trésors qui sont enfermés dans ton armoire à linge. Une vie de travail et de loyauté, d'efforts, de dignitié, de
partages. On te sent si humain, et si raisonnable. Tu sais que la valeur de ce que ta femme et toi avez vraiment acccompli pour votre famille ne brillera comme de l'or dans le coeur de vos
enfants que bien tardivement, mais tu es confiant: l'or est donné, ils le trouveront un jour. Un jour ... c'est ce que nous laissons, un jour l'or brille, et dépoussière notre souvenir, donne
toute sa valeur à nos effort, à ce passage-éclair sur terre. Un éclair qui chante la surface de la terre, quoi qu'on en dise: avoir laissé des enfants aux belles valeurs, une oeuvre bien faite,
sa signature sur une pétition importante, oui, c'est changer - minusculement - notre monde


 


Bises!



Yog 24/08/2010 00:10


J'vous trouve bien charmante m'dame la lavandière!

...Quand on a été belle assez longtemps, il est acceptable de passer à un autre registre.

Bonne vie!


Edmée De Xhavée 26/08/2010 12:35



Belle phrase, et si juste!


 


Merci mille fois!



MiMi du SuD 18/08/2010 15:01


Un petit coucou,un petit bisou,Edmée,
en ce mercredi,qui est bien ensoleillé
encore sur ma région,mais le vent souffle
autant pour te souhaiter de passer une
agréable journée, mes amitiés à toi, de Mimi.


Edmée De Xhavée 18/08/2010 23:56



Gris et moite, c'est notre lot ici! Bisous!



channig 16/08/2010 22:06


Bonsoir Edmée : c'est un sujet qui nous préoccupe ...la vieillesse ou la "vieillerie" comme je dis parfois lorsque j'ai de plus en mal à me relever d'un fauteuil ou de sortir de mon lit. J'arrive à
l'âge où mon armoire à linge n'est plus n'est plus si bien rangée qu'il y a encore quelques années, à l'âge où je mets plus de temps à remettre de l'ordre non seulement dans la maison mais dans ma
tête, à l'âge où les rides s'installent.... Tiens en parlant de rides : comme disait Mark Twain : "les rides devraient être tout simplement les traces des sourires" .....mais que m'importe si elles
s'installent définitivement : quand ma petite fille me dit : "mamie tu es aussi belle qu'une maman" je suis la plus heureuse, la plus belle des "moins jeunes" ; je ne vois plus mes rides et mes
kilos en trop surtout !!!
Tu es rayonnante Edmée ....ou alors est-ce le reflet de ton couvre-chef qui te donne une si bonne mine ?? Je rigole !! comme dit ma petite fille qui est en vacances chez moi et qui me remplit de
bonheur. Avec elle je fais l'effort de jouer, nager, faire les magasins malgré mes vieilles douleurs....et je crois même que mon spleen de retour de vacances s'estompe petit à petit !!!
A bientôt et bises Edmée


Edmée De Xhavée 17/08/2010 00:09



Oh ma bonne Channig, je vois que tu as un peu de vague à l'âme... ça nous arrive de temps à autre c'est vrai! Mais je suppose que ta petite-fille, avec ses gentils mots tendres, te met un peu de
baume au coeur et de l'ordre dans ton armoire à linge ;)


 


Oh non, chapeau ou pas chapeau, je suis ridée! Mon mari hait cette photo et m'y trouve très laire, ha-ha. Je ne voulais pas y être belle, mais
juste moi.


 


Et si on faisait un peu de repassage sur nos rides? La chaleur du fer nous ferait peut-être maigrir un peu en plus ...



JCP 14/08/2010 15:45


Le grands crus de notre pays, comme les meilleures bières Belges, tant que le coude accepte de se lever, posent moins de problèmes.

A+ bises, JC