L'enfance, l'oeuf du bonheur

Publié le par Edmée De Xhavée

Agatha Christie a un jour écrit que l’enfant n’est lui-même que jusqu’à environ ses huit ans. Après quoi, il s’adapte, se plie, se conforme ou s’oppose à son décor de vie : sa famille, son environnement, son milieu. Il ne disparaît pas complètement mais est caché, déguisé, rangé, prêt à ressortir des années plus tard quand enfin, l’âge de l’accomplissement lui permettra de redevenir lui-même sans craindre de conséquences. De revenir vers son enfance. Vers  lui-même.

 

D’où ces vieilles dames au franc parler, qui savent si bien appeler un chat un chat ou ne pas tarir d’éloges car elles savent la valeur des choses.

 

Bien sûr, Agatha parlait des enfants de son univers, de sa société. La nôtre. Et je ne veux pas vous emmener dans le monde des enfants sans enfance, manipulés par les guerres et l’argent, non. Je veux rester dans l’univers des petits corps aux grands éclats de rire, aux imaginations si riches qu’ils créent les sortilèges, aux chagrins dévastateurs qui se calment sur un cornet de glace.

 

Et je le sais, il y a des enfants venus d’autres cultures qui ont sans doute moins besoin de dompter leur moi intime. Là-bas, il reste bon de rire et de ne pas cacher son plaisir. On ne passe pas l’âge. La vie se comble peu à peu de responsabilités, mais le pétillement du regard entretient des cascades de joie ne demandant qu’à jaillir.

 

Il y a des enfances qui se prolongent comme une soirée d’été lorsque les ombres s’étirent au sol gorgé de soleil. Des enfances nourries de caresses et d’attentions, de jeux, de quotidiens confortables. Quelle que soit la notion de confort. De sécurité.

 

Ces enfants dont l’âme s’épanouit sans incertitudes inutiles seront des adultes généreux. Leur regard sera bel et bien le miroir de cette âme à ciel ouvert.

 

Et bien sûr, ces photos d’enfants sortent du regard de mon neveu, l’heureux John-Philippe Lonhienne. Nono pour moi.

 

2004-Bali-Ubud.jpg                                                                  Bali - Ubud 2004

2005-West-malaysia.jpg                                                           West Malaysia, 2005

 

2006-Nepal-girls.jpg                                                                  Népal, 2006

 

2008-Cambodia-child.jpg                                                                 Cambodge, 2008

 

2008-Rice-field-Cambodia.jpg                                                                  Rizière au Cambodge, 2008

 

2009-Mataram-rice-fields.jpg                                                            Rizière Mataram 2009

 

indonesia-jump.JPG                                                                  Indonésie

 

2010-Kpg-Sebuyau.jpg

                                                                                             2010

sea gypsie indonesi                                                             Gypsies de la mer, Indonésie

 

2008-Village-Cambodia.jpg                                                           Cambodge, 2008


sulawesi.jpg                                                        Sulawesi

Publié dans C'est tout moi - ça

Commenter cet article

Pâques 16/07/2010 20:47


" cette réalité de l'enfance, réalité grave, héroïque, mystérieuse, que d'humbles détails alimentent et dont l'interrogatoire des grandes personnes dérange brutalement la féerie". Jean Cocteau
Bon week-end!
Marcelle


Edmée De Xhavée 17/07/2010 12:27



Merci pour cette bien belle phrase que je ne connaissais pas! Mes parents m'avaient offert un petit livre écrit et illustré par Jean Cocteau, je n'en sais plus le titre mais je l'adorais, il y
avait un petit garçon dans son lit qui entendait parler les adultes et ne comprenait rien à leurs soucis ...


 


Bon week-end -



marie-madeleine 09/07/2010 22:49


Quelles belles images!


Edmée De Xhavée 09/07/2010 23:45



N'est-ce pas!



Florence 09/07/2010 19:56


Bon après midi chère Edmée !
Je reviens de chez Delphine où elle nous montre les Vacances : des photos d’enfants charmants et heureux ! Charmants parce qu’ils sont heureux ? ou bien heureux parce qu’ils sont charmants ? Ils
m’ont tout de suite fait penser à toi ou plus exactement à ton article sur les enfants heureux, car je n’ai pas besoin de support pour penser à toi depuis que je te connais !
Ma petite-nièce est une enfant rieuse, et elle aussi, elle est charmante ! L’enfant d’une amie du temps de ma vie d’artiste, était ainsi lui aussi ! Tous les enfants pleins de joie de vivre que tu
montres, son charmants ! … C’est possible au fond, que la joie de vivre et le fait d’être charmant soient liés !
Gros bisous à toi ma chère et charmante Edmée qui m’a redonné la joie de vivre que j’avais égarée involontairement !
Florence


Edmée De Xhavée 09/07/2010 23:45



Oh douce Florence, douce et dolente mais dont le sourire fait chanter ses murs, que je suis contente de contribuer, avec d'autres, à rendre voix et couleurs à ta vie. De l'animation, aussi,
n'est-ce pas une merveille que cette invention de notre temps: l'internet!


 


Et donc un amusement est aussi une main tendue, et dans ton cas, un bouquet de mains tendues qui t'on finalement mise à la tâche: te voici nous offrant le thé, du Xéres, des fraises, le parfum
des fleurs, la lente détermination des escargots, le splendide reflet des choses dans les gouttes de pluie, des champs de coquelicots et des bords de mer .... On te fatigue avec nos papotages et
nos "raconte!" mais voilà, c'est devenu comme si on se connaissait, non?


 


Oui, les enfants sont charmants et charmeurs, ils ont le secret du bonheur qui ne coûte rien, des rires inextinguibles, des gestes d'amour non contenus. Victor Hugo l'avait bien compris, avec son
lorsque l'enfant paraît...!


 


Bisous!



Verdinha 09/07/2010 00:34


Ma chère Edmée,
Je me débats avec les opinions de mes amis blogueurs . certains me disent qu'ils entrent sans problème dans mon blog, d'autres me disent qu'ils rentrent difficilement parce qu'il est lourd,
d'autres me disent qu'ils ont des difficultés pour sortir maintenant (je retiens mes amis ????). J'ai déjà coupé la musique pour laisser le choix aux gens qui viennent me voir. Je ne sais plus à
quel saint me vouer. J'aimerais satisfaire tout le monde et n'ennuyer personne mais je ne peux quand même pas tout retirer de mon blog...
Reste sur l'ancien car c'est celui que je vais garder, j'y ferai peut-être quelques petits changements mais je ne veux pas changer de blog sinon je perds tout ce que j'ai écrit et j'ai quand même
240 articles...mais mon dernier article est une vidéo d'un acteur portugais qui souffre de cancer et qui dit aux gens de profiter du temps présent et de dire aux gens qu'on les aime.
Même si on se connait depuis peu de temps, je te dis : Je t'aime bien, Edmée !
Bisous
Verdinha


Edmée De Xhavée 09/07/2010 12:32



Je sais qu'il y a des blogs qui sont difficiles d'accès pour certains, j'ai le cas aussi avec certains blogspots où je navigue avec une lenteur exaspérante. Je n'avais pas d'ennuis avec le tien,
je vais donc récupérer son adresse que j'avais remplacée!


 


Bon message que de dire aux gens qu'on les aime, il n'y a jamais assez de temps pour ça. Merci Verdinha, et moi aussi je t'aime bien



Mimi du Sud 08/07/2010 18:36


Un petit coucou,un petit bisou,et te souhaiter
une bonne journée,j'arrive de la plage il a fait plus
de 35° chaud chaud lol !! heureusement que l'on connait
encore des endroits où les touristes de viennent pas
nous géner lol !! sinon,il a un monde à gogo sur les
plages des vrais sardines collées les unes sur les autres!!!
je te fais de gros bisous de Mimi
(je serais absente du 10 juillet au 14 juillet au soir,
blog en pause vacance) :-)


Edmée De Xhavée 08/07/2010 23:39



Merci Mimi, et profite bien de tes petites cachettes à l'épreuve des sardines, je te comprends bien!  Bisous