Le baiser, cette mystérieuse promesse

Publié le par Edmée De Xhavée

Baiser.jpgJ’ai encore connu les films en noir et blanc avec ces scenarii de grand cru et ces personnages aussi irréels que le sexe des anges. Les femmes portaient des robes aux reflets glaciaux qui épousaient des courbes auréolées d’une passion volcanique. Que seul l’homme idéal aurait la joie de mettre en musique. Le baiser était souvent la scène finale, ou centrale. On avait l’art de mettre dans cette simple image tout ce qu’on n’arrive plus à mettre dans le déballage cru qu’on nous offre maintenant. Il y avait la promesse. De tout ce qui suivrait et que le spectateur ne verrait pas.


J’ai encore connu aussi (et non, je ne suis pas née dans l’Ottocento, je le jure…) les chuchotements de pensionnat où certaines filles certifiaient qu’elles n’embrasseraient que leur fiancé après les fiançailles ! Je ne sais pas si elles ont tenu cette rigoureuse décision, et en tout cas je me faisais toute petite : j’avais déjà embrassé un garçon… Et pour être sincère, je n’étais pas emballée du tout… mais j’aurais eu l’air d’une vieille gourgandine si je l’avais dit, et courageusement j’ai gardé le silence.


La nuit de noce était le saut dans le vide. On croyait savoir, on ne savait rien, et celles qui, finalement, avaient franchi le pas dans une prairie ou sur une meule de foin ne se confiaient qu’aux « vraies amies », les épatant à bon marché avec un peu de vantardise car au fond… elles n’avaient pas, comme elles le disaient, « couché avec un garçon » mais s’étaient couchées avec un garçon qui n’y connaissait rien de plus qu’elles probablement. Je me souviens de ces livres sur le mariage qui circulaient, volés dans la bibliothèque des parents, où de savoureux conseils étaient donnés pour assurer un mariage absolument sans nuages dans le ciel de lit. « Il faut faire ça ? » demandait une avec horreur. « Oui ! tu DOIS le faire si c’est ton mari ». On riait et c’était un rire pas vraiment joyeux. Ca nous semblait absurde. Que savions-nous de la sensualité ?


On préférait de loin la poésie du baiser, ce baiser sur lequel la caméra s’arrêtait pour discrètement viser la fenêtre dans un travelling plein de tact.


« Moi, » m’a dit un jour une amie, « je croyais que c’était si bon qu’on s’évanouissait » … C’est dire si ce baiser contenait de mystères pour les jeunes filles d’alors.


Et c’est vrai pourtant qu’un baiser, celui donné par ce lui qui ne se rencontre qu’au gré de la bonne étoile, peut tout contenir, y-compris une vie d’amour.

Publié dans Love is in the air

Commenter cet article

micha 18/11/2011 10:07

bons gros bisous!!!!

Edmée De Xhavée 20/11/2011 10:26



Mmmmmmmh smack!!!!



Pâques 17/11/2011 20:58


Oh ! le baiser dans "Autant en emporte le vent "...
Et mon premier baiser, j'avais 14 ans et lui 19, il ressemblait à Richard Burtont, innoubliable :-)


Edmée De Xhavée 18/11/2011 08:36



Dis-donc, tu as bien choisi ton premier embrasseur!!! Je comprends que tu ne l'as pas oublié ... Et oui... le baiser de
Rhett Butler avec Scarlett O'Hara... toute la sensualité du cinéma d'alors s'y était engouffrée!



Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE 17/11/2011 11:27


Très joli billet, plein de charme Edmée. J'avance chaque soir dans votre livre auquel j'accroche parfaitement. Vous avez un beau talent de conteuse. Actuellement je finis le mien en lisant et
relisant et corrigeant sans cesse avant de me lancer dans la quête d'un éditeur. J'évoqie également ma famille tout en romancant beaucoup, car écrire, c'est avant tout suivre les lacis et méandres
de l'imagination.


Edmée De Xhavée 18/11/2011 08:39



Merci beaucoup pour votre appréciation qui naturellement me fait plaisir. Vous êtes une "pro", ce que je ne suis pas! Je serai impatiente de vous lire encore, en tout cas!



micha 16/11/2011 21:58


BONNE NUIT!!!!!!!!! CHèRE AMIE VISIONNAIRE!!!!!!!!!


Edmée De Xhavée 17/11/2011 10:00



Bonne journée, joli canard plus si boiteux que ça!



micha 14/11/2011 15:52


bisous du canard boîteux;-)


Edmée De Xhavée 15/11/2011 12:26



Bisous, Mrs MacDuck!!!!