Le roman nouveau est arrivé

Publié le par Edmée De Xhavée

Sibylla front

Enfin, il est prêt. Le 17 mars, jour de réouverture de Chloé de lys (en train de fêter les bacchanales du carnaval), il sera une chose officielle !

 

Il s’agit cette fois de l’histoire – en montagnes russes – de deux enfants, de leur progression, de leur lutte constante pour arriver à un âge adulte serein. Opposition des classes sociales, contraintes diverses pour rester dans « son monde », égoïsmes d’adultes en souffrance, secrets … seule la résilience permet la survie. Et l’accès à un nouveau départ, de renaissance.

 

Voici un petit extrait : La narratrice est la Sibylla du titre.

 

Pauline, leur mère, j’en ai vu des photos et en ai entendu parler. Par Emma qui s’en souvenait un peu, puis par Marie et les grands-parents. Chacun en donnait sa version : beauté et gaieté ou bien trahison et reniement de la famille. Une jolie jeune femme au regard curieux. Elle et leur père se sont mariés peu après la guerre. Il n’avait pas le sou et les parents de Pauline s’y étaient opposés, mais elle venait de fêter ses vingt-cinq ans et se passa de leur consentement. Elle était amoureuse, prête à tous les sacrifices. Félix, son jeune mari, avait de l’humour, de la fantaisie, et venait d’une famille nombreuse où les réunions entre cousins et cousines se terminaient en roulant les tapis du salon pour danser des boogies et des charlestons, riant et renversant quelques bibelots.

 

Chez Pauline, silence et ennui remplissaient les murs, entre un père distant et avare à l’extrême, ancien colonel qui avait pris soin de se tenir loin de tout danger lors des guerres en faisant le colonel de bureau, et une mère écrasée par ce compagnon qu’on lui avait malencontreusement choisi pour la vie. La maison était solennelle, richement décorée de tableaux de maîtres, tapis persans rares, marqueteries italiennes, lambris sombres, marbres de Carrare, boiseries, cuirs florentins, mobilier anglais ou italien, et on ne pouvait y courir, rire, pleurer, ni garder les rideaux ouverts en cas de soleil. Les domestiques avaient d’immenses cuisines en sous-sol, d’où ils ne voyaient défiler que des pieds et les roues de voitures dans le jardin. Pauline et sa sœur Marie avaient grandi là sans bruit en robes bleues et tabliers gris. Leur mère les aimait, mais il eut été déloyal envers son mari de trop le manifester. Quant aux distractions, de pompeuses visites au cours desquelles elles devaient faire la révérence et s’asseoir comme des poupées muettes, luttant pour garder les yeux ouverts puisqu’elles ne devaient pas s’intéresser aux discussions des grands. Leur mère sonnant la domestique pour du thé et des scones frais les sortait de la torpeur et les ranimait pour quelques minutes.

 

Pauline rencontra Félix en sortant du tram un jour d’hiver : il l’aida à en descendre sur le trottoir enneigé. Et à ne pas glisser jusqu’au grand magasin où elle se rendait. Elle le revit un mois plus tard devant le Grand Bazar et ils se sourirent, étonnés et contents. Au printemps le hasard d’une averse les fit s’abriter sous le même porche, se lançant de timides oeillades. La fois suivante, alors qu’elle promenait son caniche Michelange dans le petit parc de La Tourelle, il se présenta.

 

Félix Lemarchand, fils du droguiste de la rue Spintay, venait de tomber amoureux de Pauline Dupage, fille d’un ancien colonel et riche rentier de l’avenue Saint-Antoine à Heusy. Elle fit la même chute que lui dans ce frisson qu’ils confondirent avec l’amour. Pauline savait que jamais ses parents ne consentiraient à cette idylle et la tint secrète aussi longtemps qu’elle le put. Ce qui devint difficile quand Marie la vit sortir de la salle de bain le visage humide et le regard fuyant, puis se regarder de profil dans le miroir en aplatissant son ventre.

 

N’oubliez pas que le moyen le plus économique de vous procurer le livre est d’envoyer un email chez l’éditeur : chloe.deslys@scarlet.be

 

Si vous saviez comme je suis contente !

 

Et voici une petite vidéo sur Maureen Debbaut, qui est la créatrice de la couverture:

 

 


 

 

 


Publié dans Sibylla

Commenter cet article

Damien 28/03/2011 09:58


Je suis en retard, j'ai raté quelques épisodes, mais je suis très heureux pour toi, pour l'auteur et pour les lecteurs, dont je serais sans l'ombre d'un doute quand je reviendrais de mes antipodes.
Bravo Edmée!


Edmée De Xhavée 29/03/2011 13:41



Tu es en voyage, et pas en retard, cher Damien!!! Merci pour ton intérêt et je suivrai tes péripéties avec le même intérêt!



Maureen 27/03/2011 22:55


Sisi ! je m'ENGAGE à lire les livres pour lesquels je fais la couverture ! cet été lorsque j'aurai le temps :)


Edmée De Xhavée 29/03/2011 13:46







Maureen 26/03/2011 21:30


Super ! Hate de voir et lire le bouquin !
A bientôt !

Merci en tout cas Edmée de m'avoir fait confiance c'était un réel plaisir...

bisous Maureen


Edmée De Xhavée 27/03/2011 15:13



Maureen, ha ha, le livre est commandé pour toi, mais je te connais: tu le liras peut-être pour fêter tes 40 ans, pas avant, coquine! En tout cas, je suis ravie de la couverture que tu as faite,
et de celle du  prochain livre! Tout le monde admire - à juste titre!- ton travail!


 


Bisous!



Charlotte 23/03/2011 15:16


Bravo pour votre livre!
je regrette qu'il ne soit pas disponible en Suisse.


Edmée De Xhavée 23/03/2011 15:30



Merci! Mais on peut le commander directement chez l'Editeur (chloe.deslys@scarlet.be) ou sur chapitre.com. Ca prend du temps dans l'un ou l'autre cas. Mais merci des compliments!



Pâques 20/03/2011 14:50


Oups!!
J'ai fait une faute veine, mais je suis un peu distraite, quelques ennuis dans la famille...