Le sang bleu de l'Amérique

Publié le par Edmée De Xhavée

Etre un indien – Injun, redskin, big chief – est une étrange destinée. L’identité d’unSun-Vow-gros-plan.jpg Indien est devenue un puzzle. Il y a l’indien du tourisme qui, docilement, danse et chante des extraits de son sacré pour des spectateurs. Pour de l’argent. Pour la survie dans un monde où il n’a plus sa place que comme une curiosité. Dont la silencieuse fierté est sottisée en statues de bois pour les marchands de tabac et en publicité télévisée pour un monde sans pollution.

 

Il y a l’Indien des documentaires sur les réserves, alcoolique, courant à la mort dans toutes les directions et toutes les bouteilles, gaspillant sa sève et tuant jusqu’à son passé. Celui-là ne veut pas survivre, ni être une curiosité.

 

Allan-Houser-gros--plan.jpgIl y a aussi l’Indien qui s’en est sorti, l’artiste qu’alors on salue comme si sa parole, sa plume  burin ou pinceau se nourrissait directement dans la chevelure de Ptesan Win, Femme Bison Blanc.  Allan Houser, Sherman Alexie, Graham Greene, Chris Eyre …

 

Mais surtout, être un Indien c’est être méconnu, avalé par les stéréotypes. L’Indien scalpeur aux avant-bras ensanglantés, l’Indien noble aux joues peintes et de peu de mots, l’Indien qui vend, accroupi à l’ombre, ses bijoux, pointes de flèches ou poteries, l’Indien détenteur de la pureté originelle qui vous vend un nom indien et un peu de son passé dans une cérémonie d’Inipi pour attrape-nigauds, l’Indien pauvre loque guettant la mort au fond d’un verre, l’Indien qui ne veut pas couper ses cheveux et ne trouve pas de travail, l’Indien des prisons qui se muscle et se tatoue, propulsant sa détresse dans ses biceps où se croisent Sitting Bull et un entrelacs de barbelés.

 

Indiens blanchis, Indiens noircis, apples et wannabes…

 

Hommes de résilience, hommes de grand silence…

 

Mais jamais un Américain n’est plus fier que lorsqu’il peut se vanter d’avoir un peu de ce sang Indien-là, de ce sang qui vient des dieux anciens, des hommes qui aimaient leur mère la terre, qui vivaient beaux et libres, les cheveux fouettant l’air dans une galopade infinie. Cette goutte de sang, ils la vénèrent. Elle fait d’eux des autochtones. Des vrais Américains. Les premiers habitants du continent. Des enfants du bison, de la prairie, des chants des Cris qui vous glacent et vous comblent de vie, de la danse de l’herbe… Cette goutte change l’image qu’ils ont d’eux. Une goutte de vérité, d’intégrité. Une goutte qui n’a rien de blanc, d’avide, de menteur, d’impur, de sourd à la nature. Johnny Depp, Rita Coolidge, Shania Twain, Robbie Robertson, Louise Erdrich et tant d’autres.  Et quant aux noirs qui ont un peu de ce sang non noir, de ce sang libre, indigène, ils ne se lassent pas de la mentionner. Tina Turner, Buffy Sainte-Marie, James Brown, Oprah Winfrey, Lena Horne … et d’autres. Ils ont même leurs associations !

 

Etre Indien, c’est toute une histoire !

  t

Indiens.jpgEt notre ami Bob Boutique, qui nous a fait le bonheur de venir nous visiter l'année passée, a eu la sympathique idée de me faire ces deux vidéos pour vous. Elles proviennent d'un powwow où nous nous sommes rendus ensemble (avec Poussin et Juju Boutique, naturellement!)

et

!

Publié dans USA

Commenter cet article

samia lamine 25/09/2010 18:40


Ils ne le réalisent pas car ils ne peuvent pas et ne le veulent pas. Iconsciemment ,ils ressentent un sentiment de culpabilité vu le sang des 12 millions d'indiens sur lequel ils vivent. Figure
-toi ,par exemple un voleur devenu riche suite à un hold up; ou bien il va vivre avec son mea culpa et ne profitera jamais de sa richesse volée ou bien il refoulera sa culpabilité et ira jusqu'à
l'oublier et poirsuivra sa vie comme si l'argent était fruit de son travail. BONNE SOIREE MADAME.


Edmée De Xhavée 25/09/2010 21:10



Bien analysé, Samia



samia lamine 25/09/2010 04:27


Vivre en Amérique ,c'est vivre en terre indienne!! L'histoire n'oublie pas et la terre a une odeur.


Edmée De Xhavée 25/09/2010 17:20



Tu as raison, je sens toujours que je suis en terre indienne... mais les autres n'ont pas l'air de le réaliser ....



CHRISTOPHE 11/08/2010 19:46


tout les Americains sont des emigres SAUF les indiens il faut qu'ils gardent leur identitée une bonne soirée bye


Edmée De Xhavée 11/08/2010 23:48



Tout à fait! D'accord à 100%



Amaury 08/08/2010 20:09


Pauvres indiens qui eux aussi ont connu un génocide.
Celui-ci continue encore à l'heure actuelle.
Privés de leurs terres qui furent volées par l'"américain nouveau", brisé par les armes et surtout par l'alcool, ils ont véritablement été spoliés de tout.
Depuis longtemps je me dis que ce qui leur est arrivé est une ignominie.
Ce sont eux les vrais américains et non pas ceux qui leur ont tout pris.
Amaury (Qui en profite que Delphine est partie à la cuisine :-)


Edmée De Xhavée 09/08/2010 00:33



Ah Amaury, merci de ta visite, et oui, tu as raison, pour moi ils sont les vrais et uniques Américains et je suis sur LEUR terre.



Florence 06/08/2010 21:01


Oui Edmée Natou semble avoir tout arrangé ! Mais je vais continuer à lui faire des sacrifices de fleurs.
J’espère que tu vas bien recevoir les photos que je te promettais, j’ai fait deux envois !
Bisous Petite-Lune-de-Verviers ! Que les fleurs de mon jardin viennent jusqu’à toi pour te parfumer !
Florence-qui-est-quand-même-assez-futée


Edmée De Xhavée 07/08/2010 00:34



Je n'ai pas encore regardé mes emails, j'y cours et te dirai quoi!


Bonne nuit, Florence futée malgré tout!