Non, ce n'est pas de la nostalgie, c'est de la joie....

Publié le par Edmée De Xhavée

« Le passé », dit un de mes personnages, « c’est bon seulement quand on y retourne pour se faire plaisir, pour se dire qu'on a eu de la chance d'avoir vécu çà, ou vu çà. Mais des larmes, on a assez d'occasions d’en verser sans en plus aller les rechercher dans le passé! »… Toute vie comporte ses moments sombres. Ils nous marquent, bien sûr. Mais nous pouvons refuser d’être leur victime au-delà de leur temps. D’autres – et nous en connaissons tous – brandissent les nombreux malheurs qui les ont frappés comme autant d’excuses à leur poids morts et se font porter par les autres, ces bienheureux qui eux, ont vu la vie en rose depuis le berceau.

 

Et si je reviens sur le passé si volontiers – encore qu’il s’agisse rarement d’un passé chagrinant sur lequel je n’aime pas me tourmenter  – c’est qu’au contraire je me dis souvent « mais quelle chance d’avoir connu ça ». Le chauffage au charbon dont je parlais dans un article précédent. Les disques de cire qui grattaient et lançaient ces musiques chaudes et joyeuses qui partaient s’enrouler dans les rideaux du salon, des rideaux épais couleur brique avec des motifs un peu orientaux crème.  Les fers à repasser qu’on chauffait dans la cuisinière à charbon et qu’on ressortait avec un morceau de vieux drap de lit recyclé en mille et une pièces aux usages multiples : pour faire reluire les cuivres, l’argenterie, cirer les meubles ou transformées en pattemouille dont une vapeur au parfum de savon s’échapperait par le vasistas de la cuisine…

 

Le pudding caramélisé que l’on faisait refroidir dans la neige.  Le garde-manger dans la cave. La fente dans la fenêtre de la salle à manger par laquelle on pouvait faire glisser une pièce pour le pauvre… (Le pauvre ne passait plus depuis longtemps, et d’ailleurs les voiles en auraient pudiquement caché la vue, mais la fente avait bien dû servir un jour avant nous…). La grosse radio jaune qui chauffait et avait un œil vert allumé qui m’intriguait tant. Ma mère me disait que la lumière qui provenait de derrière la protection de tissu était celle qui éclairait un orchestre d’hommes minuscules qui faisaient la musique. J’essayais de les voir… et étais déjà contente de voir leur éclairage !!!

 

Les ronds de serviette monogrammés – qui reviennent à la mode ! -, les serviettes brodées. La nouvelle nappe du dimanche… Les cendriers que l’on rapportait à mon pauvre grand-père de toutes les vacances…. Sa petite machine à rouler les cigarettes que je maniais comme un authentique fumeur invétéré, ce qui me rendait très fière. La Birkin Wasser avec laquelle ma mère me frictionnait les cheveux tous les soirs. Les peaux de chamois pour polir les ongles. Les soirées où on ouvrait la table à jeux et jouait aux cartes, ou aux dames en écoutant la radio. Les bénitiers à l’entrée des chambres à coucher et de la chambre à jeux. Les bouquets en mie de pain faits par ma grand-mère…  La chaise de Joseph, entièrement brodée par un homme, monsieur Hennessy – du cognac du même nom - , mais je ne sais pas pourquoi ma grand-mère avait une chaise qu’il avait brodée, c’est un mystère qui restera tel… Les bouteilles de Bols que l’on utilisait comme bouillottes…

Oh non, ce n’est pas nostalgique ! C’est une promenade dans le musée du souvenir, un plaisir sans cesse re-savouré. Que les choses aient changé n’est pas triste. Mais qu’elles soient encore accessibles est un grand bonheur !!!

Publié dans C'est tout moi - ça

Commenter cet article

gazou 21/10/2011 09:18


J'aime bien ta conclusion et la façon dont tu t'attardes dans ce passé


Edmée De Xhavée 24/10/2011 18:31



Merci Gazou!



micha 06/10/2011 23:39


MERCIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII M'DAME ENTR'ARTISTES LOL;-)


Edmée De Xhavée 09/10/2011 09:24



De rieeeeeeeeen !



Maurice Stencel 06/10/2011 16:12


Il en est de vos souvenirs comme ceux de la plupart, je suppose. La réalité a ses droits, l'imagination aussi. Mais vous les dites bien. C'est ça: écrire. Un bonjour, en passant.


Edmée De Xhavée 06/10/2011 20:13



Merci de votre visite que je n'attendais pas . Merci pour l'appréciation...



Carine-Laure Desguin 05/10/2011 21:24


Tu as tellement de souvenirs que je me demande si tu n'es pas une éternelle ! Tu sais une espèce de comtesse de Saint-Germain ...


Edmée De Xhavée 06/10/2011 20:15



Ha ha ha!!! Bien trouvé... ou une contesse Dracula, Vladina Dracul



Philippe D 05/10/2011 19:22


J'ai connu, moi aussi, le chauffage au charbon et j'en suis nostalgique. Quelle douce chaleur ces poêles procuraient! Bien sûr, je n'ai pas connu les corvées d'allumage et de vidange des cendres.
Je ne connaissais que les avantages. Mais quand le poêle refoulait, au secours ...
Bonne soirée, Edmée.


Edmée De Xhavée 06/10/2011 20:15



C'est vrai que c'était une douce chaleur, en plus... noircissait un peu le nez mais bon...