Paolo Zagaglia ou la tendresse de certains regards

Publié le par Edmée De Xhavée

Paolo Zagaglia … retenez et cherchez ce nom sur le net. Cherchez-le partout. C’est celui d’un artiste aux armes multiples, grand amoureux du cinéma, qui vient de réaliser son premier long métrage, Regards.


Dans le cadre d’ActuTV – la WebTV où les auteurs de Chloé des lys se présentent ainsi que leurs amis et les amis de leurs amis – j’ai été chargée de faire son interview, ce qui m’a donné l’occasion de découvrir à la fois un grand film et un grand passionné.


Nous nous sommes rencontrés trois jours avant l’interview à la gare de Verviers. Nous ne nous étions jamais vus. Et j’ai été immédiatement conquise. « Tu vas l’adorer ! » ai-je dit à Bob Boutique  qui allait venir filmer l’interview. « Ah non, Edmée ! Il te les faut tous… » a-t-il soupiré en riant. C’est une boutade, rassurez-vous, c’est que j’étais sous le charme de ce metteur en scène paisible et si déterminé.


Ce film est le rêve de sa vie, et il a donné deux ans de sa vie pour se l’offrir – et nous l’offrir ! -, ce rêve, car comme vous le comprendrez dans l’interview… le temps pressait !


Regards, ce sont les voix qui se cachent derrière les regards de ces gens qui observent les autres dans un petit café de quartier. Ne les épient pas, non, mais s’attachent à eux au fil des questions qu’ils se posent, des rituels qu’ils imaginent. Il y a le regard aimant de la paraplégique qui n’a pas le choix de ce qu’elle voit mais ne voudrait rien voir d’autre. Elle aimerait juste pouvoir pleurer. Ou celui de cet étrange habitué qui visionne constamment des vidéos. Celui de la tenancière du café dont le cœur s’énerve devant les choix sentimentaux désastreux d’une jeune fille trop naïve. Les regards tendres que dépose cet autre client, atteint d’une maladie incurable qui colore curieusement sa vie d’amour des autres.


Un film intimiste qui vous entre dans les tripes dès les premières images, en douceur, avec la teinte douce-amère de certains films italiens, et une simplicité qui envoûte.


Faites-vous une petite idée… et si vous ne l’avez déjà vue, regardez donc l’interview et les extraits du film. Vous tomberez, vous aussi, sous le charme de ce rêveur obstiné qu’est Paolo Zagaglia.

 

 


 

 


 

 

 


Publié dans Hommages

Commenter cet article

Martine 16/11/2011 13:29


Coucou Edmée,

Merci de me faire découvrir cet artiste. Son film a l'air très intéressant et riche sur le plan humain.
Magnifique vue sur la Meuse en prime.:)

Bonne journée Edmée
Martine


Edmée De Xhavée 17/11/2011 10:04



Ah oui, ma vue est sympa, et j'y tiens!!!!


Bonne journée à toi aussi...



Marc Lefrançois 10/11/2011 10:03


Petit bonjour en passant. Je découvre votre blog avec plaisir (par le biais de celui de Florence). Je reviendrais pour en lire un peu plus sur vous...


Edmée De Xhavée 11/11/2011 09:46



Merci beaucoup de votre visite!!! Je vais vous rendre la pareille!!!!



gazou 10/11/2011 08:37


Très interessante cette vidéo qui me permet de connaître un peu cet artiste que je ne connaissais pas..J'aimerais bien voir son film, c'est certain


Edmée De Xhavée 11/11/2011 09:43



C'est un tout bon film!!! Je signalerai sur le blog quand il sera disponible en DVD!



philou 09/11/2011 12:06


bonjoour Edmée
à ce qu'il parait, il n'y a que les montagnes qui ne se rencontrent pas, c'est ainsi que même absent depuis longtemps j'ai retrouvé ta route, belle route en effet toujours ornée de tant de chose
intéressantes, de gens que l'on aimerait cotoyer, ton univers quoi!
pour ma part, coincé derrière mon pc professionnel, je n'aspire qu'à la quiétude mes moments de repos, et de ce fait assez loin de la Toile, de mon blog tant aimé et de ceux de mes amis tant
délaissés
enfin, un petit coucou vaut mieux qu'un long discours
en espérant que tu te portes le mieux du monde, reçois toutes les amitiés de l'Irlandais


Edmée De Xhavée 09/11/2011 20:37



Oh mon pauvre Philou, c'est vrai que tu avais disparu! Englouti par le travail.. Et dire qu'on n'a parfois pas le choix! Merci de m'être revenu, je ne vais pas tuer le veau gras mais sabrer le
champagne pourquoi pas?



Verdinha 08/11/2011 22:04


J'ai très peu de mémoire, pour diverses raisons* - donc je ne peux pas raconter mes souvenirs d'enfance et même d'adulte... - mais j'ai QUAND MÊME une mémoire visuelle (pour la physionomie) et
musicale. Ouf, je sais aussi comment je m'appelle. Bon je n'ai pas tout perdu...;)
Il me semblait bien que c'était le même Bob et je ne l'ai vu qu'une fois : lors de l'interview. mais ne me demande pas sur quoi il t'a interviewée...

Bisous
Verdinha


*probablement génétique et aussi à cause de diverses anesthésies, traumatisme cranien et convulsions qui ont fait pêter les plombs à ma centrale électrique ;)...je suis une gâtée... ;)


Edmée De Xhavée 09/11/2011 20:46



Il m'interrogeait sur ma vie fascinante, voyons, ha ha ha!