Quel effet cela pouvait-il faire ?

Publié le par Edmée De Xhavée

Charles-le-Temeraire.JPGCharles le Téméraire s’est marié trois fois. Il a perdu ses deux premières épouses. Mais il faut dire qu’il était déjà veuf à douze ans. Il doit exister des études plus ou moins sérieuses sur ces pratiques du mariage des enfants qui avaient un sens politique et, peut-être même, si les enfants grandissaient ensemble, des chances d’affinité suffisantes. « Boh ! » comme disent les Italiens quand l’effort de réflexion ne mérite pas ce qu’on va conclure…


Mais oui ! Il avait six ans et n’était alors que Charles, Comte de Charolais quand il s’est marié avec Catherine de France – aussi dite Catherine de Valois -, et elle en a douze. Elle est fille de Charles VII et de Marie d’Anjou. Et soeur du futur Louis XI. Elle n’est donc pas la Catherine de Valois qui deviendra reine d’Angleterre. Bon, normalement il ne mouillait plus ses braies ni poulaines je suppose, et de son mariage les plus grandes joies auront vraisemblablement été les bonnes choses à manger, les cadeaux et quelque bouffon qui aura cherché à le distraire avec des pitreries. Il se sera sans doute endormi le ventre un peu lourd et en sachant qu’un grand jour venait de ciseler sa vie, un peu comme nous à notre communion dont nous ne comprenons pas trop le sens mais savons que nous franchissons un cap invisible.


Est-ce qu’il doit aller saluer madame sa petite épouse tous les matins ? Dorment-ils ensemble ? Lui raconte-t-elle des histoires pour l’endormir, fait-il des cauchemars ? Veut-elle ses chiens favoris sur le lit et doit-il se pousser parce qu’il est le plus petit ou est-il déjà un peu colérique, difficile et violent comme on le décrira   « chaud, actif et despit, et désirant en sa condition enfantine à faire ses voulontez à petites corrections » – et exige-t-il qu’elle obéisse parce qu’il est le mari ?


Six ans après elle meurt à Bruxelles. Le poète de la cour des ducs de Bourgogne, le Bourguignon Michault Taillevent, compose en cet honneur le Lai sur la mort de Catherine de France… On est donc tristes. Est-ce que le gamin de douze ans est triste ? Les morts sont fréquentes alors. On peut vivre assez vieux mais il faut passer par les épreuves des épidémies, des infections qu’on ne savait trop bien soigner encore, des guerres, des suites de chutes ou bagarres, d'une dent gâtée qui contaminait la mâchoire… On disait bien souvent « A Dieu ! ». Se retrouve-t-il seul dans un lit ou rien ne change-t-il pour lui parce qu’il dormait encore seul ?


Quel contact pouvait-il y avoir entre une jeune fille de 18 ans et un enfant ? Et puis, ils étaient destinés, malgré tout, à assurer une descendance un jour. A douze ans… il avait encore un peu de répit et il est probable que ses rêves le portaient plutôt vers son cheval et les exercices turbulents du maniement de la lance que vers les charmes de sa « femme ». Comment donc les choses étaient-elles mises dans la bonne voie quand le temps était venu? Comptait-on sur la nature, ou sur l’épouse plus âgée dans ce cas-ci ? Ou du confesseur qui n’avait en tête que l’avenir de son coin de terre pour que le Dieu qu’il vénérait s’y sente en sécurité ?


Franchement, un petit garçon de douze ans veuf… c’est difficile à imaginer !

Publié dans C'est tout moi - ça

Commenter cet article

Pivoine 13/09/2012 21:03

Ah! C'est exactement le genre d'article que j'adore! J'ai dévoré une somme de Simone Bertière, chez De Fallois (éditeur) sur les reines de France, les Valois et les Bourbon. D'Anne de Bretagne à
Marie-Antoinette. J'ai appris bien des choses et c'était magnifiquement écrit.

Mon prof d'histoire avait coutume de dire, à propos du XVIIème siècle, "la mort était au centre de la vie comme le cimetière était au centre du village".

Je me suis promis de retourner voir le tombeau de Charles le Téméraire à Bruges (Je crois qu'il est à Bruges, avec sa fille, Marie). J'aime beaucoup cette histoire, toute la généalogie de Marie, de
ses enfants, petits-enfants, le rôle de Marguerite d'York... L'histoire d'Eleonore, qui a vécu à Bruxelles et à Malines. A Bruxelles, dans cette Cour magnifique du Coudenberg, qui était réputée
dans l'Europe entière. Dommage, quel dommage que ce palais soit parti en fumée ! Moi, il m'a fait rêver bien des fois ... ... ...

Edmée De Xhavée 14/09/2012 08:39



http://www.auxerretv.com/content/index.php?post/2012/09/01/Dans-ces-tombes-bourguignonnes-et-brugeoises-%E2%80%A6-l%E2%80%99origine-de-bien-des-guerres-!


 


Oui, les tombeaux de Charles et de Marie de Bourgogne sont à Bruges! Magnifique histoire en effet, et c'est bien vrai que la mort était bien moins mise à l'écart que maintenant...


 


Merci de ta visite!



Mimi du Sud 07/09/2012 16:38

Kikou Edmée,

Les pauvres gosses,12 ans être marié,
on pense plutot à s'amuser,sans souci,mais
quand on est comte,ou prince et même un roi,
cela change tout,pas agréable pour moi :))
je te souhaite une bonne fin de journée,et
de passer un agréable week-end,bisous à toi,ma belle.

Edmée De Xhavée 07/09/2012 18:39



Heureusement que nous n'avons pas été duchesses en ce temps-là!



Go 05/09/2012 12:44

Je ne suis ni pour ni contre les pratiques d'une époque révolue. Tes questions ne sont-elle pas un peu ... arrangées ? Je n'ai aucune idée comment ces gens-là ont vécu leur mariage. Peut-être si on
pensait avoir un lien direct à Dieu ou au moins à la justice divine tout serait ou tolérable ou préférable ? Aujourd'hui nous avons beaucoup plus de liberté, mais où est la justice... dans un
mariage... dans une société où règne la liberté individualiste et le chacun pour soi ? Faut-il toujours se souvenir de l'injustice du passé pour nous faire oublier l'injustice de notre époque et de
nos actes ?

Je m'écarte. « Quel effet cela pouvait-il faire ? » Je cite des phrases de Wikipédie (je ne suis pas historien, moi) :

"Selon le chroniqueur flamand Georges Chastelain, le jeune Charles de Bourgogne était pétri de qualités : droit, franc, pieux, généreux dans ses aumônes, fidèle à son épouse, familier et joyeux
avec les siens, évitant toujours de faire la moindre injure à qui que ce fût... Néanmoins, d'autres traits de caractère se développèrent avec le temps. Il faisait preuve d'un caractère violent et
impulsif. Il recourut volontiers à la force et à la guerre pour obtenir ce qu'il voulait mais il l'aimait pour elle-même... Pour Charles, la guerre dépassait la mesure d'un mode de conquête pour
revêtir un caractère presque sacré et qui s'enrichissait de tous les mythes collectés dans les traditions païennes ou chrétiennes : on connaît sa passion pour le plus grand des conquérants,
Alexandre, son enthousiasme pour les Croisades et les combats singuliers."

et

"(c'est) un personnage austère, vertueux et impitoyable, pieux et chaste, animé d'un sens de l'honneur exacerbé"

Tu penses que c'était le fait d'être veuf à 12 ans qui l'a fait ainsi ?

Attention, je viens de te poser une question arrangée.

Edmée De Xhavée 06/09/2012 08:48



Non cher Go, pas du tout! Je pense qu'à douze ans on est bien loin de comprendre le mariage et le veuvage, et il aimait sa femme comme il aurait aimé, en notre temps, une petite fille de son
école; Rien de plus. C'est ce qui me faisait un peu "rire" si tu veux: cette "discrepancy" entre l'enfance et des statuts définis par les adultes: fiancé, marié, veuf. Tout ça entre 6 et 12 ans!




Carine-Laure Desguin 02/09/2012 18:21

Misère, moi tous ces trucs arrangés, ces mariages qu'on ne consomme que très peu et encore tout habillés et derrière un drap ds lequel on a fait un p'tit trou, misère de misère. Je me sens de plus
en plus libre et libérée de tout règlement, c'est n ormal docteur ??

Edmée De Xhavée 02/09/2012 22:19



Ecoute Carine-Laure, tu n'aurais pas pu choisir si tu avais été la fille d'un comte ou d'un duc à cette époque. On t'aurait mariée au berceau avec un gamin mal élevé qui t'aurait fait des crocs
en jambe dans les escaliers, et tu aurais dû tenir le coup pour raison d'Etat.


C'eût été la dure loi de la vie... Ha ha ha!



Un petit Belge 02/09/2012 11:56

Ah les mariages arrangés ou influencés t'inspirent toujours autant, Edmée... On sait que le roi Louis XVI et la reine Marie-Antoinette, mariés à l'âge de 15-16 ans, n'ont pas eu de relation intime
avant plusieurs années de mariage, ce qui ne les empêchait pas de bien s'entendre! Quant à Louis XIV, à l'âge de 15 ans, il a été surpris de lire "cours pratique d'anatomie" dans son planning
scolaire de la semaine, ce qui voulait dire qu'il a été dépucelé par une femme âgée et expérimentée afin qu'il soit sûr de lui lors de ses premières relations sexuelles. Autre époque, autres
moeurs...

Sans remonter si loin dans le temps, si on compare ta génération et la mienne, la tienne était beaucoup plus tôt lancée dans la vie (mariage, enfants, travail, maison) que la mienne. Et cela sera
encore pire à la génération prochaine car les jeunes font des études de plus en plus longtemps. Les statistiques montrent que l'âge de l'achat de sa maison ou du premier enfant reculent de plus en
plus.

Bon dimanche Edmée.

P.S. Connais-tu l'excellente émission "Secrets d'histoire" (diffusée sur France 2 et rediffusée sur TV5) qui pourrait t'intéresser? Celle de mardi soir est consacrée au duc d'Aumale et à son
château de Chantilly dans l'Oise.

Edmée De Xhavée 02/09/2012 22:15



Mais oui, Petit Belge, le mariage m'intéresse: c'est la base de la structure familiale et ce qu'on en attend change de siècle en siècle. Corvée, histoire d'amour, parenthèse que l'on peut
corriger avec une double vie, compagnonnage à la scout... je ne cesse de trouver des merveilles - à écrire - à ce sujet !


 


Ma cousine m'a justement parlé de cette émission Secrets d'histoire... je regarde très peu la TV mais ça semble intéressant....


Bonne rentrée!