Regrets de saveurs ...

Publié le par Edmée De Xhavée

Je me languis déjà de ces plaisirs de bouche que je perdrai peut-être à tous jamais en partant d’ici … Les plants de navets que j’achète presque chaque semaine pour faire ma pasta alle cime di rape e tonno rosso. J’en adore la saveur un peu amère et sauvage. Ça goûte l’Italie, ça me rappelle le marché de la via Cernaia à Turin, dont je revenais avec un millier de parfums de la terre…

 

Et les fiddleheads  que l’on n’a que pendant quelques semaines, et encore faut-il être attentive et prête au combat avec une autre cliente plus matinale. Ce sont de jeunes pousses de fougères. Et encore une fois, un goût de forêt, d’une renaissance après l’hiver, renaissance qui multiplie les arômes par son explosion de vie.

 

Les goyaves, les papayes, les bananes plantain bien mûres que je cuis lentement dans l’huile avec sel, poivre et piments d’oiseaux, jusqu’à obtenir ces morceaux qui fondent en bouche, la tapissant de l’étrange mariage des épices caramba avec le caramel apaisant.

 

Les cubes de bouillon pour la clientèle hispanique, avec du coriandre ou du chipotle, qui ajoutent aussi un peu de caramba dans le quotidien.

 

Le hominy, une préparation de maïs que j’ai découverte lors d’un repas cherokee, et qui est la seule chose en boite que j’achète ici. De nouveau ce goût amer que j’aime, un goût venu de la cuisine authentique de ce continent, et qui me ramène en Oklahoma avec tous ces indiens tranquilles et sages qui me laissaient entrevoir un peu de leur vie.

 

Et les burritos, le chicken quesadilla, le homard de Mystic – dégusté il y a … 10 ans et puis voilà, seule ma mémoire tenace me permet d’en retrouver le parfum et la texture de la chair dans mon souvenir. Et les airelles sèches, en trouverai-je ? Ciel ! Si je dois faire mon dessert qui laisse le monde pantois et comblé sans mes airelles, j’en suis quitte pour doubler la dose de bourbon … !

 

Et ... qui n'a pas eu l'expérience sensuelle d'une purée de pommes de terres du Yukon ne connaît pas le somptueux secret de ce ce continent ...

 

Et puis… Ed ne coupera pas la prochaine dinde de Thanksgiving, la dinde toujours si savoureuse que prépare Kay, avec tous ses plats d’accompagnement écossais-italiens, parce que que Kay a grandi dans Little Italy avec des incursions dans les souvenirs d’une mère-grand écossaise…

 

Thanksgiving-2009.jpg

 

C’est bon de me dire que certaines choses me manqueront, car se languir … c’est aimer.

Publié dans C'est tout moi - ça

Commenter cet article

Paloma 18/02/2011 17:13


Qui ne comprend que l'attachement à une région ou à une personne se construit aussi par la mémorisation des saveurs, des odeurs et des ambiances? Cela fait partie de ces petits trésors intimes
qu'on sollicite avec nostalgie ou avec gourmandise. Et c'est un trésor que l'on conserve jusqu'à la fin...


Edmée De Xhavée 18/02/2011 23:57



Tu as raison, c'est aussi net que les images... et un plaisir parfois tout sensuel que de se souvenir du goût et du parfum de quelque chose!



mamie Sido 18/02/2011 11:13


Oh ! Je viens juste de lire ta réponse à mon commentaire. Je suis désolée et toute triste. Mais comme tu le dis, même si c'est dur, il y a un moment où il faut en terminer. Maintenant, il dort
tranquille au "paradis" des chats ! Sido me dit qu'elle est toute triste aussi d'avoir perdu son copain !!!
Et tes autres petits compagnons à pattes, est-ce qu'ils ne le cherchent pas un peu ? Ils doivent être étonnés de ne plus le voir ?


Edmée De Xhavée 18/02/2011 23:55



Teeshah s'en est allé hier finalement, bien doucettement. Il avait un souffle au coeur en plus de tout le reste ... sa voix faisait peine à entendre! Non, les autres chats s'en fichent tout à
fait, heureuse indifférence animale! ...


 


Une caresse à Sido, je suppose que Teeshah a trouvé un petit coin sympa pour se reposer! Bisous!



Pâques 17/02/2011 21:57


Les bananes plantain, ça se trouve parfois :-)
En Oklaoma ( Tulsa) Il y avait un Joseph Mayor, mais il faut dire que du côté maternel la famille Mayor originaire d'Espagne ce sont de grands voyageurs, Suisse, Midi de la Françe, Belgique
etc...un peu comme ta famille :-)
Marcelle


Edmée De Xhavée 18/02/2011 23:53



Youpie, si je peux trouver les bananes plantain, mon menu est sauvé! On n'a dit qu'il y avait aussi des airelles, chic mon gâteau est sauvé aussi!


Joseph Mayor vient de ta famille? Et a fini à Tulsa? (On prononce Tu-sa... )Mince alors, tu as aussi des gènes voyageurs, alors!



Nadine Groenecke 16/02/2011 17:11


Ne connais pas toutes ses saveurs, alors suis entièrement favorable à une rubrique "Edmée mitonne pour vous" sur ton blog ! Laurent a dit dans une interview qu'il ne publiait pas de livres de
cuisine, dommage, mais tu peux peut-être le faire changer d'avis !


Edmée De Xhavée 18/02/2011 23:50



Les petits trucs culinaires de Chloé, la nouvelle ligne d'édition



celestine 16/02/2011 11:24


Voilà ce que c'est d'arriver tard au rendez vous d'Edmée: tout a déjà été dit, difficile d'être originale dans ces conditions...Les saveurs sont les souvenirs les plus prégnants de la mémoire.
Voilà pourquoi on y accorde tant d'importance.Chacun sa Madeleine de Proust...Le choc des parfums oubliés qui font rejaillir tout un pan de notre existence, qui ne l'a pas eu? Il y a gros à parier
qu'un jour, revenue dans ta Belgique, tu retombes par hasard sur un bouquet d'airelles au détour d'un marché, ou des burritos dans un restaurant parisien...Et là, à toi le feu d'artifices des
papilles.
Bon appétit, chère Edmée.
Célestine