Toutes ces lettres ...

Publié le par Edmée De Xhavée

Lettres-mammy.jpgCelles que l’on regrette d’avoir remises à plus tard jusqu’à ce que le couperet du trop tard ne s’abatte… celles que l’on a tant remaniées à la recherche des mots justes qu’on les déteste et les transforme en boulettes ….

 

Ou les lettres mal écrites comme celles dont on a usé la saveur en voulant trop les orner de grands effets et qui ne parlent plus d’émotions mais d’analyse. Celles qui, pour mieux cacher le cri qu’elles veulent dessiner dans l’encre, se perdent en préambules et détours, ne laissant jaillir qu’une plainte ennuyeuse.

 

Celles que l’on garde toujours. Futiles et essentielles à la fois, de cette essence qui fait la tendresse d’une relation sans autres éclats que les éclats de rires. Ou emplies d’une sourde tristesse, armée de courage et où un adieu implacable erre entre les lignes. Les enfantines aux phrases solennelles et élans canalisés dans un tracé rond et patient.

 

Celles qui un jour donneront l’accent de vérité à un récit par leur description enjouée d’un bal et les toilettes, ou une recette de tante Léontine disparue des tables.

 

De ces jolis coffrets à lettres enrubannés s’échappent les éclairs de ce qui fut pensé et narré.

 

Dede-2.jpg

 

Cette calligraphie hésitante est celle de ma maman, une bien jolie petite fille d’alors 10 ans qui écrivait à son grand ami le Capitaine William Heyer, ami de la famille. Sur l’envers du feuillet court son espiègle salutation, celle d’une fillette qui se sait bien aimée : je vous embrasse sur le bout du nez. Dédé. La voici avec son âne et son charme d’enfant.

 

Dede--ane-et-chien.jpg

 

Récemment j’ai découvert, grâce à Kay Frydenborg qui fut son élève de ce côté de l’océan, une photo du Capitaine Heyer avec le Yo-Yo que la petite Dédé mentionne, et qu’il a amené aux Etats-Unis par la suite. Toute sa vie elle a gardé un petit tableau qu’il lui avait rapporté de Russie.

 

Bill-Heyer-sur-Yo-Yo.jpg

Publié dans C'est tout moi - ça

Commenter cet article

channig 05/11/2010 22:02


Espiègle ta maman : je vous embrasse sur le bout du nez ....
Comme bien souvent ton article réveille en moi tout un tas de souvenirs .... J'avais oublié le temps où je choisissais mon papier à lettres, l'enveloppe et même le timbre suivant à qui était
destinée ma correspondance .....c'est formidable Edmée de nous faire faire ce retour en arrière !!
Lorsque j'avais 18 ans, mon fiancé était parti pour 1 an à l'autre bout du monde ; 24 heures d'avion nous séparaient ; alors les lettres, écrites tous les 2 ou 3 jours (et qui arrivaient avec pas
mal de retard) étaient très attendues d'un côté comme de l'autre !!! Elles devaient être très légères (pour le transport par avion)et donc écrites sur du papier très fin. Si une larme
(volontairement ou non) tombait sur ma prose elle faisait une marque : genre reflet (est-ce pour ça que j'aime tant les refelts ??)et même parfois effaçait la phrase que je venais d'écrire ...mais
on savait lire (et relire) entre les lignes.
Que sont devenues ces messages d'amour ?? Les nombreux déménagements sont venus à bout de la boite où elles se trouvaient mais que de souvenirs (bons et moins bons) toutes ces lettres ont pu
véhiculer !!
Je n'écris plus que des mails maintenant ...Merci pour avoir "remué" une partie de ma jeunesse.
Bon WE et bises Edmée


Edmée De Xhavée 05/11/2010 22:49



Je suis bien contente, chère Channig, d'avoir ramené à ta mémoire les souvenirs d'une époque où le temps comptait: celui que l'on passait à écrire et concevoir ces lettres, pesant et pensant les
mots, et puis la délicieuse attente, on imaginait qu'IL l'avait reçue et on attendait la réponse, le temps passait au compte-goutte, et on le remplissait d'amour!


 


Bon week-end à toi aussi!



celestine 29/10/2010 21:36


Je suis d'accord avec Florence. Tu es Edmée à la plume d'or. Je suis toujours fascinée par le pouvoir évocateur de tes mots. Si je t'envoie mon adresse postale par courriel, m'enverrais-tu une
lettre, une vraie? Une feuille de papier délicatement choisie, ton écriture que je devine fine et élégante, et savoir que cette lettre vient de si loin me transporterait. Sois sûre que je te
répondrais, si tu me prenais au mot. J'adore l'écriture manuscrite...et ta lettre serait pour moi le plus beau des cadeaux.


Edmée De Xhavée 29/10/2010 23:48



Oh mais certainement Célestine, pourquoi pas? Mais, surprise des rencontres sur le net, mon écriture a perdu son élégance, d'une façon qui me frustre beaucoup, et je pense que ça a correspondu à
ma seconde naissance, quand je suis devenue moi. Moi aime écrire, mais a jeté certaines disciplines dans la rigole en approchant de la trentaine. J'avais une belle écriture - élégante, oui!
jusqu'à cet âge de conquête de ma liberté. Et j'ai dû sans doute payer avec quelque chose en compensation. J'écris bien, mais avec de la cacographie!


 


Ceci dit, oui, certainement!!! Envoie-moi donc ton adresse!



LASCAVIA (Josy Malet-Praud) 29/10/2010 01:30


Que de plaisir à te lire, Edmée... Comme toujours.
Pour ma part, je regrette infiniment la rareté avec laquelle, à présent, j'utilise la lettre, la vraie,...au profit d'échanges via les messageries (même si j'apprécie la facilité et la rapidité que
permet l'informatique. Pratique, rapide, certes, mais vraiment, combien d'émotions, de pensées, sont ainsi perdues... On ne se presse pas quand on écrit une lettre, la rapidité n'est pas la
priorité. On pèse les mots, on les arrange entre eux, on transmet de soi, on ...communique. Comme c'est dommage de n'avoir plus cette habitude ; j'ai moi aussi conservé une bonne partie des lettres
reçues, celles qui comptent et j'y reviens, parfois avec mélancolie mais toujours avec un intense plaisir. Lettre que ma mère m'avait adressée quand pour la première fois j'étais partie en colonie
de vacances à six ans, lettre qu'enfant, elle adressait à ma grand-mère pour la fête des mamans alors que la guerre les avaient séparées, ... Des lettres qui sont comme un patrimoine, une mémoire,
qui redonnent vie à leurs auteurs, substance à l'histoire à chaque lecture. Les enfants d'aujourd'hui seront privés de cette chance, de ce bonheur. Quel dommage.
Bises.


Edmée De Xhavée 29/10/2010 23:43



Ah Josy, c'est vrai que les messages, c'est rapide, et au fond, on peut dire pas mal de choses aussi. Mais la lettre ... ah la lettre, c'est tout un partage et une introspection, un peu de soi
que l'on livre en toute confiance, en prenant son temps. Et le bonheur de les retrouver, de pouvoir les relire. Ou découvrir les émois de notre maman, petite fille, à une époque où rien ne
pouvait laisser penser qu'un jour elle serait la maman de cette autre petite fille: nous...


 


Bises!



MiMi du SuD 28/10/2010 17:34


Kikou Edmée,

J'arrive de ma petite promenade à la campagne,
j'ai profité d'une belle journée encore bien
ensoleillée et surtout bien chaude,20° appréciable
pour une fin de mois d'octobre lol !! ils nous
annoncent du mauvais temps pour le week-end de la
Toussaint :(
Bonne aprés-midi à toi,ma belle,bisous de Mimi.


Edmée De Xhavée 29/10/2010 23:40



Zut, mauvais temps, on n'aime pas ça, nous! Bon week-end quand même!



michaeline 28/10/2010 11:41


curieux , très très curieux;-) bisous!


Edmée De Xhavée 29/10/2010 23:39



Curieux??? Tant que ça?