Belgique

De gros pavés de rue posés en arc de cercle, luisants comme des galets de rivière, et frémissant sous les myriades de gouttes de pluie… c’est la Belgique.


Le parfum de la menthe que l’on frôle du pied dans l’herbe longeant une rivière poissonneuse où flottent de paisibles nénuphars... c’est la Belgique.


Des villes flamandes qui s’élèvent vers Dieu et ses anges en clochers et beffrois où se posent les oiseaux… c’est la Belgique.


Les voix du bonheur qui rient et plaisantent dans toutes les langues à l’abri des coupe-vents sur une plage blonde où vient mourir le scintillant galop des vagues… c’est la Belgique.


Les chevaux aux larges flancs pelucheux tourmentés par les taons, aux yeux plus doux que le baiser d’un elfe, cherchant l’ombre sous les haies d’aubépine… c’est la Belgique.


Des villages dont les murs racontent les pierres, les sentiers, les morts illustres et anonymes … c’est la Belgique.


Des vallons d’émeraude parcourus par des eaux primesautières ou sages, couronnés de bosquets, châteaux, orées de forêts mythiques… c’est la Belgique.


L’averse gonflant les stries d’un champ fraîchement labouré, vibrant ruban liquide qui attise l’odeur antique de la terre… c’est la Belgique.


Des cimetières où dort à jamais tout ce brave monde qui, armé de mots, de pinceaux ou de fusils, a chéri son pays et son nom : Belgique ou Belgïe.


Trois langues, trois souffrances, trois fiertés, trois espoirs pour notre trinité à tous : la Belgique.

 

Belle et  magique, c’est ma Belgique.